International
URL courte
401586
S'abonner

Face aux tensions militaires dans le monde, seul un fou pourrait oser déclencher une guerre contre la Russie à cause du rattachement de la Crimée, estime Sahra Wagenknecht, co-présidente du parti allemand de gauche Die Linke. D’après elle, Berlin devrait plutôt aspirer à améliorer ses relations avec Moscou.

L'Allemagne doit revenir aux «traditions de la politique de détente» et essayer d'améliorer ses relations avec la Russie, a déclaré Sahra Wagenknecht, députée au Bundestag et co-présidente du parti Die Linke, dans une interview accordée au quotidien allemand Rheinische Post.

«Les sanctions antirusses nuisent à l'économie allemande et la politique de confrontation menace la sécurité européenne et la paix en Europe», a-t-elle expliqué.

Et de poursuivre:

«Je ne vois pas que les sanctions changent quelque chose à la situation. J'espère qu'il n'y a pas de gens assez fous qui seraient prêts à se décider à un conflit militaire avec la Fédération de Russie à cause de la Crimée».

Dans son entretien, Mme Wagenknecht est également revenue sur la crise nord-coréenne:

«L'idée qu'un dictateur tel que Kim Jong-un en Corée du Nord possède l'arme nucléaire met mal à l'aise tout le monde. Pourtant, celui qui veut prévenir l'augmentation de l'arsenal nucléaire dans d'autres pays, doit garantir que les États-Unis ne frapperont plus les gouvernements indésirables», a-t-elle fait remarquer.

Cependant, d'après Mme Wagenknecht, une menace beaucoup plus grande à «la paix dans le monde» émane du locataire de la Maison-Blanche:

«L'arsenal nucléaire des États-Unis dépasse d'une manière disproportionnée celui de la Corée du Nord. Le Président américain qui accroît ses forces militaires, réchauffe le conflit avec la Russie et menace sur Twitter de réaliser une frappe nucléaire représente une grande menace à la sécurité», a conclu la députée au Bundestag.

Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
«Absurdie», «gardien de prison», «incompétence»: le monde politique réagit aux annonces de Macron
Tags:
Sahra Wagenknecht, Berlin, Crimée, Moscou, Allemagne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook