Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de Daech

    Attaques massives de femmes-kamikazes, une nouvelle tactique de Daech

    © Sputnik. Andrei Stenine
    International
    URL courte
    203902115

    Les combats pour la reprise de Raqqa battent leur plein: 15 des 22 quartiers ont été arrachés aux terroristes de Daech et ces derniers ne contrôlent désormais que 30% de la ville, indique le porte-parole des FDS. Essuyant des pertes, les terroristes ont changé de tactique et utilisent des femmes-kamikazes.

    Des combats acharnés contre les extrémistes de Daech se poursuivent dans la ville syrienne de Raqqa. Or, le groupe terroriste a choisi une nouvelle stratégie et a de plus en plus recours à des attaques massives menées par des femmes-kamikazes, a annoncé à Sputnik Mustafa Balli, porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS).

    «Les terroristes, sur qui nos troupes font pression, sont passés à la tactique de l'emploi de femmes-kamikazes qui perpètrent des attaques dans la ville. Mais ceci ne les sauvera pas, l'étau se resserre progressivement autour d'eux. Leurs heures sont comptées», a-t-il indiqué.

    Et de préciser que l'opération visant à libérer la ville de Raqqa du joug islamiste durait depuis déjà trois mois. «Les combats se poursuivent dans le centre-ville, dans les quartiers abritant des immeubles gouvernementaux, sur la place de l'horloge, où les extrémistes perpètrent des exécutions de civils».

    À l'heure actuelle, 15 des 22 quartiers de Raqqa ont été arrachés aux terroristes. «Les affrontements se poursuivent dans six quartiers. 30% de la ville reste entre les mains des terroristes», a précisé l'interlocuteur de Sputnik.

    Lire aussi:

    Les Forces démocratiques syriennes reprennent 70% de la ville de Raqqa à Daech
    La coalition US ne confirme pas la libération de la vieille ville de Raqqa
    Les vies de plus de 40.000 enfants syriens menacées à Raqqa
    Tags:
    terrorisme, kamikaze, femmes, Forces démocratiques syriennes, Raqqa, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik