Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump et Vladimir Poutine

    «Le monde ne peut pas se permettre que Moscou et Washington soient en querelle»

    © REUTERS/ Carlos Barria
    International
    URL courte
    111321222

    Le secrétaire général des Nations unies estime que la Russie et les États-Unis doivent mener un «dialogue fructueux» afin d'assurer la paix et la stabilité dans le monde.

    La communauté internationale ne peut pas se permettre que les États-Unis et la Russie soient en querelle, a déclaré le secrétaire général de l'Onu Antonio Guterres dans une interview exclusive à RIA novosti.

    Selon M.Guterres, les relations entre Moscou et Washington sont à l'heure actuelle «difficiles» en raison de plusieurs divergences dans les positions des deux pays.

    «Pourtant je suis absolument persuadé que la paix et la stabilité dans le monde dépendent en majeure partie de la capacité de ces deux pays, qui représentent les principaux piliers de la communauté internationale, à mener un dialogue fructueux», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    «Le monde ne peut pas se permettre que des pays aussi grands, puissants et importants que les États-Unis et la Russie soient en querelle», a annoncé le SG de l'Onu.

    Les relations russo-américaines connaissent une détérioration continue depuis le début de la crise en Ukraine consécutive au renversement du Président Viktor Ianoukovitch. Washington a imposé plusieurs volets de sanctions à l'encontre de Moscou pour son rôle présumé dans la crise ukrainienne et ses prétendues tentatives de s'ingérer dans l'élection présidentielle américaine de 2016.

    Lire aussi:

    Malgré toutes les «extravagances», Trump veut toujours améliorer les relations avec Moscou
    À qui profite une confrontation entre la Russie et l’Occident?
    Oui, Moscou a proposé de renouer avec Washington mais n’a reçu aucune réponse
    Tags:
    relations, stabilité, crise en Ukraine, sanctions, ONU, Antonio Guterres, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik