International
URL courte
1161
S'abonner

Dans les ruines de Mossoul, les militaires irakiens ont retrouvés quatorze enfants de terroristes de Daech, des étrangers pour la plupart. Sputnik a contacté un responsable de l'Onu en Irak pour savoir ce qui s'était passé avec eux.

Lors de l'opération de libération de Mossoul, l'armée irakienne a découvert des enfants de combattants de Daech dont une partie sont des ressortissants étrangers. Selon le représentant du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme en Irak Ali al Bayati, ces enfants se trouvent actuellement dans un orphelinat à Bagdad «sous une protection renforcée».

«Ils sont 14 au total, dont 10 étrangers. Les quatre restants sont des Yézidis capturés avec leurs mères en août 2014», a fait savoir M.al Bayati dans un entretien accordé à Sputnik.

D'après le responsable, l'âge des enfants en question varie entre deux mois et 10 ans. La plupart d'entre eux ont été découverts sous les décombres des bâtiments détruits lors de combats, a-t-il indiqué.

«La majorité ne parlent pas arabe, sauf un garçon de 10 ans, Ibrahim Nasim, dont le père est français et la mère syrienne, et qui parle arabe couramment. On l'a placé dans un orphelinat conçu pour les enfants entre un et six ans afin qu'il ne puisse communiquer avec des enfants plus âgés», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

Presque tous les mineurs retrouvés sous les décombres étaient atteints de la gale et ont suivi les traitements nécessaires, a souligné M.al Bayati.

Lire aussi:

Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
«Rien ne nous fera reculer, jamais»: Macron fait montre de fermeté suite aux appels au boycott et aux propos d’Erdogan
Paris appelle les pays du Moyen-Orient à renoncer au boycott des produits français
L'assassinat de Samuel Paty, une autre pomme de discorde entre la France et la Turquie
Tags:
orphelinat, libération, combat, enfants, Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HDCH), Ali al Bayati, Mossoul, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook