Ecoutez Radio Sputnik
    Une tirelire

    Combien perd l'UE suite aux sanctions antirusses?

    CC0 / Pixabay/kschneider2991
    International
    URL courte
    192002342

    Les sanctions décrétées contre Moscou par les pays de l'UE leur infligent des pertes de 2,67 milliards d'euros par mois, les pertes de la Russie étant estimées à 46 milliards d'euros en trois ans, a indiqué Idriss Jazairy, rapporteur spécial du Conseil des droits de l'homme, constatant que la Russie avait su s'adapter à la nouvelle situation.

    Les pertes pour les pays de l'UE ayant rejoint les sanctions contre la Russie sont estimées à quelque 3,2 milliards de dollars (2,67 milliards d'euros) par mois, tandis que celles de la Russie sont évaluées à 55 milliards de dollars (46 milliards d'euros) en trois ans, indique Idriss Jazairy, rapporteur spécial sur les effets négatifs des mesures coercitives unilatérales dans le domaine des droits de l'homme, dans un rapport faisant suite à une visite en Russie.

    Selon Idriss Jazairy, «les pertes totales causées par les sanctions pourraient atteindre 130 milliards d'euros pour l'Union européenne et en Russie», sans pour autant avoir la moindre contrepartie positive. 

    Idriss Jazairy s'était rendu en visite officielle en Russie du 24 au 28 avril dernier, afin de procéder à une évaluation de l'influence des sanctions unilatérales des pays occidentaux sur la situation dans le domaine des droits de l'homme dans le pays. À Moscou, il a rencontré des représentants du gouvernement, des hommes d'affaires, des diplomates et des représentants des Nations unies. Les diplomates des pays ayant introduit des sanctions (États-Unis et UE) ont refusé de rencontrer le rapporteur.

    Selon le rapport d'Idriss Jazairy présenté lors de la 36e session du Conseil des droits de l'homme qui se tient à Genève, les sanctions, loin d'avoir eu un effet positif, ont été contreproductives, notamment parce que, dans le contexte de la mondialisation et de l'intégration de la Russie dans l'économie internationale, elles se sont répercutées sur les pays mêmes qui les avaient instaurées. En outre, les autorités russes ont su trouver une politique économique efficace et le marché russe a pu s'adapter rapidement.

    Dans ce contexte, il a exhorté à analyser l'efficacité des mesures unilatérales vis-à-vis de la Russie à la lumière des objectifs proclamés, afin d'éviter à la population des pays initiateurs et des pays cibles de subir les retombées des sanctions dans le domaine des droits de l'homme.

    Les relations entre la Russie et les pays occidentaux se sont refroidies dans le contexte de la situation en Ukraine. Les pays occidentaux ont introduit une série de sanctions contre la Russie, avant que Moscou ne décide d'un embargo en réaction à ces mesures. Dans ce contexte, la Russie a plus d'une fois rejeté les accusations des pays occidentaux affirmant qu'elle s'ingérait dans les affaires de l'Ukraine et a déclaré à plusieurs reprises qu'elle n'était pas partie au conflit intra-ukrainien dans le Donbass. En outre, la Russie a souligné qu'elle ne pouvait pas appliquer les accords de Minsk sur le règlement ukrainien d'une manière unilatérale.

    Lire aussi:

    Oui, Moscou a proposé de renouer avec Washington mais n’a reçu aucune réponse
    L’ancien président Ianoukovitch qualifié de «traître» dans le Donbass
    Kiev veut la prison à perpétuité pour l’ancien Président Ianoukovitch
    Tags:
    pertes, sanctions économiques, Conseil des droits de l'homme de l’ONU, Genève, Moscou, Donbass, Europe, Ukraine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik