Ecoutez Radio Sputnik
    Pékin

    Mesures anti-dumping de l'UE: Pékin prêt à contre-attaquer

    © AFP 2017 Wang Zhao
    International
    URL courte
    4116973

    Sputnik s'est entretenu avec Mary-Françoise Renard, spécialiste de l'économie chinoise, sur les perspectives des mesures proposées par l'UE afin de contrer les tentatives de dumping de la Chine.

    L'Union européenne avance sur la question de la Chine en ordre plutôt dispersé. Il semble que les mesures proposées par la Commission européenne afin de prévenir les effets du dumping chinois sur l'économie de l'UE ne fassent pas l'unanimité au sein du Parlement européen.

    L'agence Sputnik s'est entretenue avec Mary-Françoise Renard, responsable de l'Institut de recherche sur l'économie de la Chine (IDREC) au Centre d'études et de recherche sur le développement international (CERDI), sur divers points de discorde entre les deux entités.

    Mme Renard rappelle que lors de l'adhésion de la Chine à l'OMC «on a reconnu qu'elle n'avait pas le statut d'économie de marché et qu'elle ne jouait donc pas complètement le jeu des marchés. Et à ce titre, on peut lui imposer des mesures anti-dumping».

    Or, il est souvent très difficile de prouver qu'un pays fait du dumping, ce qui provoque régulièrement des conflits sur les marchés, souligne la spécialiste.

    En effet, le Parlement européen souhaite que les industriels chinois prouvent eux-mêmes qu'ils ne font pas de dumping. Au contraire, la Commission européenne propose aux industriels européens d'enquêter pour apporter des preuves de dumping de la part des partenaires chinois. Mary-Françoise Renard partage quant à elle l'opinion exprimée par le Parlement européen.

    «Non seulement les entreprises sont pénalisées par une concurrence déloyale, mais en plus si ce sont elles qui doivent apporter la preuve que cette concurrence est déloyale, elles sont deux fois pénalisées», explique-t-elle.

    Toujours selon l'interlocutrice de Sputnik, la Chine réagira inévitablement à toute mesure anti-dumping de l'UE.

    «La Chine peut avoir des mesures de rétorsions vis-à-vis de l'Europe en taxant ses produits. Généralement, ce sont des mesures qui sont un peu moins visibles, plus indirectes. Par exemple, en rendant les choses plus difficiles pour les entreprises françaises qui voudraient s'installer en Chine. Mais aussi comme elle fait en interdisant notamment les importations de certains fromages français», indique Mme Renard.

    Elle estime néanmoins que la Chine «va essayer de diminuer ses surcapacités de production». «Petit à petit, elle sera obligée, elle-aussi, de respecter un certain nombre de normes», conclut l'universitaire.

    Lire aussi:

    Fusillade dans une école de l'État de Washington, des blessés
    Tags:
    relations bilatérales, commerce, anti-dumping, OMC, Institut de recherche sur l’économie de la Chine (IDREC), Commission européenne, Union européenne (UE), Mary-Françoise Renard, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik