Ecoutez Radio Sputnik
    Riyad

    Riyad durcit le ton à l’égard des opposants sur fond de rumeurs sur l’abdication du roi

    © AP Photo/ Hassan Ammar
    International
    URL courte
    6162408

    Le nombre d’intellectuels arrêtés en Arabie saoudite est en hausse sur fonds de rumeurs sur la possible abdication du roi Salmane au profit du jeune prince héritier Mohammed ben Salmane.

    Les autorités saoudiennes ont récemment procédé à de nouvelles arrestations de prédicateurs et d’intellectuels, accentuant la répression contre les adversaires potentiels des dirigeants du pays, a annoncé mercredi le journal israélien Haaretz citant des militants qui s’expriment sur les réseaux sociaux.

    Selon les militants, au moins 20 personnes ont été arrêtées sur fond de spéculations, démenties par les autorités, selon lesquelles le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud aurait l'intention d'abdiquer en faveur de son fils, le prince héritier Mohammed ben Salmane Al Saoud. Le jeune prince est déjà en charge de la politique intérieure, économique et de la diplomatie.

    D’après des sources saoudiennes citées par le journal, trois célèbres prédicateurs saoudiens, Salmane al-Awdah, Awad Al-Qarni et Ali Omari, ont été arrêtés le weekend dernier.

    Le groupe saoudien de défense des droits de l’homme ALQST, basé à Londres, a fait état de plusieurs arrestations, mentionnant les noms de Salmane al-Awdah et d’Awad Al-Qarni, ainsi que de plusieurs autres personnes.

    Les autorités saoudiennes n’ont pas encore commenté ces informations.

    L’Agence de presse saoudienne (SPA) a annoncé mardi que les autorités du pays avaient découvert qu’un groupe de personnes se livrait «à des activités secrètes au profit d’étrangers».

    Selon Reuters, les suspects ont été accusés d’espionnage et de contacts avec des entités étrangères y compris avec le mouvement des Frères musulmans que Riyad considère comme une organisation terroriste.

    Mardi soir, le ministère saoudien de l'Intérieur a appelé le public sur Twitter à utiliser une application baptisée «Nous sommes tous la sécurité» lancée en février. Le bureau du procureur général a plus tard déclaré que toute atteinte à «l'unité nationale» ou à «l'image de l'État» était un crime terroriste.

    Le gouvernement saoudien a augmenté ses pressions sur les dissidents suite au «printemps arabe» de 2011.

    Mais les Frères musulmans, qui représentent une menace idéologique pour le système dynastique de Riyad, a pris de l’influence dans d’autres pays de la région. En juin dernier, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte ont rompu les liens diplomatiques et de transport avec le Qatar, l’accusant de soutenir les islamistes, y compris les Frères musulmans. Doha rejette ces accusations.

    Salmane al-Awdah aurait été arrêté après avoir publié sur Twitter un message saluant la possibilité de rétablissement des liens entre le Qatar et les autres pays arabes.

    Les militants ont publié une liste de huit autres personnes qu'ils craignent pouvoir être arrêtées.

    Lire aussi:

    Arabie saoudite: la guerre des rois, des princes et des émirs
    Le prince saoudien Saoud ben Abdelaziz Al Saoud arrêté pour «abus de pouvoir» (Vidéo)
    Dissidents saoudiens, gare à vous, le prince héritier part en chasse
    Tags:
    prédicateurs, arrestation, Haaretz, Mohammed Ben Salmane, roi Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik