Ecoutez Radio Sputnik
    Forces de l’Onu en Ukraine: Washington déforme l’initiative de Poutine

    Forces de l’Onu en Ukraine: Washington déforme l’initiative de Poutine

    © REUTERS/ Alexei Chernyshev
    International
    URL courte
    Situation dans le Donbass (2017) (77)
    212639249

    Alors que Vladimir Poutine souligne que des forces de maintien de la paix de l'Onu dans le Donbass devraient assurer la sécurité des observateurs de l'OSCE et être déployées sur la ligne de démarcation, et nulle part ailleurs, Washington évoque leur envoi à la frontière russo-ukrainienne.

    Les forces de maintien de la paix dans l'est de l'Ukraine devraient avoir un large mandat, y compris être déployées à la frontière entre la Russie et l'Ukraine, a déclaré la porte-parole du département d'État américain Heather Nauert lors d'une conférence de presse.

    Selon Washington, une telle initiative serait en mesure de protéger les citoyens ukrainiens.

    Début septembre, le Président russe a annoncé qu'il soutenait l'idée d'envoyer des forces de maintien de la paix dans le Donbass, ajoutant que le personnel de l'Onu devrait avoir pour mission d'assurer la sécurité des observateurs de l'OSCE et n'être déployés que sur la ligne de démarcation. Il a également noté que cette décision devrait être prise par le Conseil de sécurité des Nations unies.

    Le chef de l'Etat ukrainien Piotr Porochenko a à son tour déclaré que des forces de l'Onu devraient être déployées sur le territoire du Donbass ainsi qu'à la frontière russo-ukrainienne.

    Dossier:
    Situation dans le Donbass (2017) (77)

    Lire aussi:

    Merkel propose que les forces de l'Onu aient accès à tout le territoire du Donbass
    Que Poutine pense-t-il de l’envoi de forces de maintien de la paix en Ukraine?
    Donbass: Moscou n'a reçu aucune proposition sur le déploiement de forces de l'Onu
    Tags:
    frontière, maintien de la paix, OSCE, ONU, Piotr Porochenko, Vladimir Poutine, Donbass, États-Unis, Russie, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik