Ecoutez Radio Sputnik
    Syrie

    Washington affirme contrôler le sort des armes livrées à l’opposition syrienne

    © AP Photo/ Step News Agency
    International
    URL courte
    232001337

    Washington dément les informations selon lesquelles le Pentagone aurait fourni à l’opposition syrienne des armes qui sont ensuite tombées entre les mains de Daech.

    Le ministère américain de la Défense contrôle l'«utilisation finale» des armes fournies à l'opposition syrienne, a indiqué à Sputnik Michelle Baldanza, porte-parole du Pentagone, commentant les informations selon lesquelles une partie des armes livrées aux opposants tomberaint entre les mains des terroristes.

    «Le département de la Défense coopère étroitement avec le Département d'État, les alliés de l'Otan et les partenaires européens sur différentes questions d'intérêt commun en matière de sécurité, y compris la vente d'armes, de munitions et d'équipements. Se basant sur les normes ad hoc, le département de la Défense vérifie les partenaires avant de leur livrer les équipements et contrôle l'utilisation finale de cet équipement», a-t-elle dit.

    Le Pentagone réalise en Irak et en Syrie un programme «de formation et d'équipement» des forces locales en vue de combattre Daech. Afin d'atteindre cet objectif de façon «rapide et efficace», selon elle, le Pentagone fournit aux forces locales des armes et équipements «simples à exploiter et à entretenir».

    Et d'ajouter que le Pentagone ne publierait pas de nomenclature détaillée de ces livraisons pour des raisons de sécurité.

    Le Centre tchèque de journalisme d'investigation, qui a réalisé une enquête conjointe avec le Projet de reportages sur le crime organisé et la corruption (OCCRP) sur l'achat d'armes en Europe, a précédemment fait savoir que le Pentagone avait remis aux forces antigouvernementales en Syrie des armes achetées en République tchèque et dans d'autres pays d'Europe de l'est prétendument pour ses propres besoins. Il s'agissait de l'achat d'armes désuètes pour un montant de 71 millions de dollars.

    Les journalistes affirment que ces achats violaient le «certificat d'utilisateur final», qui doit garantir que les armes ne tombent pas entre les mains de malfaiteurs.

    Lire aussi:

    Boycott de Karspersky Lab aux USA: «Aucune preuve n’a été présentée»
    Karspersky Lab boycotté aux USA: «Voilà de la concurrence loyale», ironise Moscou
    Le boycott de Kaspersky Lab «jette une ombre sur l'image» des USA
    Tags:
    armes, Michelle Baldanza, États-Unis, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik