International
URL courte
13111
S'abonner

Le Président brésilien Michel Temer, déjà au centre d'un scandale de corruption, fait l’objet d’une nouvelle accusation, le procureur général affirmant que le chef de l'État jouait le rôle de «leader d’une organisation» de malfaiteurs.

Le procureur général du Brésil, Rodrigo Janot, a présenté jeudi une nouvelle demande de mise en accusation contre le Président Michel Temer, qui est déjà au centre d'un scandale de corruption. Cette fois-ci, il l'accuse d'«obstruction à la justice et participation à une organisation criminelle».

En outre, M. Janot a présenté une demande de mise en examen de six proches collaborateurs de M. Temer, affirmant que le chef de l'État jouait le rôle de «leader de l'organisation».

Le réseau de corruption aurait permis aux accusés d'empocher 587 millions de réais de pots-de-vin (environ 158 millions d'euros au taux de change actuel), ajoute le parquet, rappelle l'AFP.

Fin juin, M. Temer, 76 ans, avait déjà été accusé formellement de «corruption passive», mais était parvenu à sauver son mandat, empêchant l'ouverture d'un procès à son encontre en obtenant une large majorité à la chambre des députés.

Une grève générale contre les réformes du Président Michel Temer a été lancée au Brésil
© REUTERS / Ricardo Moraes
Des dessous de table auraient été versés notamment dans l'objectif d'obtenir des faveurs pour des entreprises privées cherchant à décrocher des contrats avec des compagnies d'État, comme le géant pétrolier Petrobras.

La présidence a réagi jeudi dans un communiqué, qualifiant les nouvelles accusations d'«absurdes» et jugeant que le procureur général maintenait «sa conduite irresponsable pour couvrir ses propres erreurs», selon l'AFP.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Tags:
parquet, justice, corruption, Michel Temer, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook