Ecoutez Radio Sputnik
    Alep

    Le cessez-le-feu en Syrie est mieux respecté depuis l’arrivée de policiers russes

    © Sputnik. Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (automne 2017) (110)
    11127360

    La Russie, l’un des trois pays garants de la trêve en Syrie, a déployé sa police militaire dans les quatre zones de désescalade mises en place dans le pays. Selon un général russe, le nombre des cas de violation du cessez-le-feu a déjà diminué dans ces régions.

    La présence de la police militaire russe et la mise en place de postes de contrôle dans les quatre zones de désescalade a rendu la situation plus stable en Syrie, a déclaré samedi Sergueï Kouralenko, commandant adjoint du groupe des troupes pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

    «Ces dernières 24 heures, 54 rebelles dont six chefs de groupes armés illégaux ont déposé les armes et sont passés du côté du gouvernement», a indiqué le général Kouralenko lors d’un point presse.

    Selon lui, le nombre des cas de violation du cessez-le-feu a diminué après l’arrivée de policiers militaires russes. 

    Vendredi, la Russie, la Turquie et l’Iran ont annoncé la création de la quatrième zone de désescalade en Syrie, dans la province d’Idlib, et le déploiement de forces de contrôle dans cette région. Trois zones de désescalade fonctionnaient jusqu’ici dans le pays: dans le sud, dans la province de Deraa (à la frontière syro-jordanienne), dans la banlieue de Damas (Ghouta orientale) et au nord de la province de Homs. 

    La quatrième zone de désescalade d’Idlib présente des conditions de travail plus difficiles pour la police militaire. Cette province accueille des terroristes, y compris du Front al-Nosra, qui ont quitté d’autres régions syriennes. Les positions des djihadistes du Front al-Nosra dans les autres zones de désescalade sont bien plus faibles, qui plus est les populations locales ont commencé à exiger d'eux qu’ils respectent le cessez-le-feu. 

    Selon M.Kouralenko, le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie et les comités syriens pour la réconciliation nationale cherchent à normaliser la situation dans les régions libérées des terroristes, à rétablir les infrastructures et à faire revenir les habitants dans leurs foyers.

    «Nous reconstruisons les routes et les infrastructures détruites pendant les hostilités, rétablissons l’approvisionnement des régions en eau et en électricité. Nous créons toutes les conditions pour revenir à la vie paisible», a noté le général.

    Par ailleurs, le Centre pour la réconciliation distribue de l’aide humanitaire et médicale aux populations.

    Dossier:
    Situation en Syrie (automne 2017) (110)

    Lire aussi:

    Syrie: plus de 50 combattants déposent les armes et rejoignent l'armée
    Les démineurs syriens et russes en action côte à côte, en Syrie
    Syrie: plus de 1.000 rebelles se rangent du côté du gouvernement
    Tags:
    police militaire, zone de désescalade, sécurité, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Sergueï Kouralenko, Idlib, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik