Ecoutez Radio Sputnik
    Piotr Porochenko

    La «matraque nucléaire» réclamée par Porochenko ne garantira pas la sécurité de l'Ukraine

    © Sputnik. Mikhail Markiv
    International
    URL courte
    271923118

    À en croire les dernières déclarations du Président ukrainien, le Mémorandum de Budapest, c'est bien, l'arme nucléaire, c'est mieux. Mais, la «matraque nucléaire» n'est pas une solution pour l'Ukraine, indique à la chaîne RT Rouslan Balbek, vice-président du comité aux affaires ethniques de la Douma.

    Les déclarations du Président ukrainien au sujet de l'arme nucléaire ne sont «qu'un ultimatum aux pays occidentaux», a affirmé dans une interview accordée à la chaîne RT Rouslan Balbek, vice-président du comité aux affaires ethniques de la Douma (chambre basse du parlement russe).

    Selon lui, l'arme nucléaire n'est pas une panacée pour l'Ukraine.

    «Le Président ukrainien pense sans doute qu' il pourra impunément agiter la matraque nucléaire sans que personne ne puisse la lui reprendre», a fait remarquer Rouslan Balbek, en soulignant que Piotr Porochenko se trompait.

    Dans le cadre de la réunion Stratégie européenne de Yalta, le Président ukrainien a affirmé vendredi que le Mémorandum de Budapest signé par l'Ukraine, la Russie, les États-Unis et le Royaume-Uni restait lettre morte.

    «Vous ne pouvez pas oublier que les signatures au bas du Mémorandum de Budapest donnent moins de sécurité qu'un seule charge nucléaire», a-t-il noté.

    Le mémorandum de Budapest a été signé en décembre 1994. En vertu de cet accord, l'Ukraine renonçait à son arsenal nucléaire en échange de garanties pour sa sécurité, son indépendance et son intégrité territoriale de la part de la Russie, des États-Unis et de la Grande-Bretagne. La même année, Kiev a accepté de se défaire de l'énorme stock d'armes nucléaires dont il avait hérité à la dislocation de l'URSS et d'adhérer au traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. 1.900 têtes nucléaires détenues par l'Ukraine avaient alors été envoyées en Russie pour y être démantelées.

    Lire aussi:

    Washington met en garde Kiev contre des tentatives de restaurer son programme nucléaire
    Un député russe invite des inspecteurs américains en Crimée pour une visite... virtuelle
    «Nous sommes à deux doigts d'une guerre nucléaire»
    Tags:
    mémorandum de Budapest, armes nucléaires, chaîne de télévision russe RT, Douma d'État, Piotr Porochenko, Rouslan Balbek, URSS, Kiev, Budapest, Yalta, Royaume-Uni, États-Unis, Russie, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik