Ecoutez Radio Sputnik
    Rome

    Rome double ses livraisons d’armes à Riyad malgré les appels de l’UE à l’embargo

    CC0 / Pixabay
    International
    URL courte
    71381423

    Le Parlement européen a lancé un nouvel appel à cesser de vendre à l’Arabie saoudite des armes qui pourraient tuer des civils en Syrie et au Yémen. L’analyste italien Giorgio Beretta, dont le pays vend à Riyad des bombes servant entre autres à attaquer des civils yéménites, commente cette situation pour Sputnik.

    C'est déjà la troisième fois en deux ans que le Parlement européen propose à Federica Mogherini de frapper d'embargo les ventes d'armes européennes à l'Arabie saoudite en raison des opérations militaires conduites par Riyad au Yémen, a déclaré à Sputnik Giorgio Beretta, membre de l'Union des associations italiennes pour le désarmement.

    «Ces opérations n'ont pas été approuvées par l'Onu qui a seulement "pris note" de la demande d'opérations militaires pour protéger la population civile faite par le Président. Et nous en connaissons bien le résultat, les structures des Nations unies font état d'un très grand nombre de victimes, dont 10.000 civils, y compris des milliers d'enfants», a rappelé l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que, dans un rapport de l'Onu, les actions de l'Arabie saoudite au Yémen étaient qualifiées de «crimes de guerre».

    Selon M.Beretta, l'Italie poursuit ses livraisons d'armes à l'Arabie saoudite, mais elle n'en est pas son plus gros fournisseur.

    «Les normes internationales, tout comme celles de l'Union européenne, ne prévoient pas de sanctions contre les pays qui violent le Traité sur le commerce des armes (TCA) ni contre ceux qui ignorent la position de l'UE», a déploré l'expert.

    Il a indiqué qu'au niveau international, seul le Conseil de sécurité de l'Onu pouvait effectivement instaurer ou lever des sanctions.

    «Au niveau de l'UE, seul le Conseil européen est habilité à le faire», a conclu l'interlocuteur de Sputnik.

    L'Arabie saoudite est à ce jour le sixième client de l'industrie italienne de l'armement.

    Un embargo sur les ventes d'armes à l'Arabie saoudite a été proposé par le Parlement européen de crainte que Riyad ne fournisse des armes importées de l'UE aux terroristes en Syrie ou ne les utilise dans le cadre du conflit au Yémen.

    Plusieurs ONG européennes demandent elles aussi que les membres de l'UE arrêtent d'exporter leurs armes vers l'Arabie saoudite. Selon elles, ces pays, notamment la France, l'Italie et la Belgique, enfreignent les droits de l'homme et violent leurs propres lois nationales qui interdisent de fournir des armes à un pays en état de guerre.

    Lire aussi:

    Libye: les rebelles démentent avoir reçu des armes d'Italie (agence)
    La levée de l'embargo sur la livraison d'armes à la Syrie ne fait pas honneur à l'Europe (MAE d'Italie)
    «Un pas en arrière»: les ventes d’armes à Riyad autorisées par la justice britannique
    Tags:
    victimes civiles, Traité sur le commerce des armes (TCA), civils, embargo, Union des associations italiennes pour le désarmement (RID), Conseil européen, Conseil de sécurité de l'Onu, Parlement européen, ONU, Sputnik, Union européenne (UE), Giorgio Beretta, Federica Mogherini, Riyad, Rome, Arabie Saoudite, Italie, Yémen, Syrie, Belgique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik