Ecoutez Radio Sputnik
    Un homme regarde la télévision dans une gare sud-coréenne, le 9 août 2017

    Moscou durcira sa politique sur Pyongyang lorsque les USA renonceront à leur militarisme

    © AFP 2017 JUNG Yeon-Je
    International
    URL courte
    1265667792

    Avant d'appeler la Russie à durcir sa politique sur la Corée du Nord, les États-Unis doivent réduire leur présence militaire dans les différentes régions du monde face auxquelles Pyongyang continue à développer ses arsenaux nucléaire, a déclaré à Sputnik le député de la Douma, Dmitri Novikov.

    Si les États-Unis veulent que la Russie adopte une attitude plus rigoureuse vis-à-vis de la politique de Pyongyang, ils doivent d'abord renoncer à leur présence militaire dans les différentes régions du monde, y compris à proximité de la Corée du Nord, a déclaré à Sputnik le premier vice-Président du Comité de la Douma pour les Affaires étrangères, Dmitri Novikov.

    «Il est impossible d'adresser tous les reproches à la Corée du Nord seule. Il faut comprendre que Pyongyang est guidé par la nécessité de trouver un moyen de se protéger contre une menace extérieure. La menace extérieure n'est liée qu'à la politique des États-Unis, aux bases militaires américaines implantées en Corée du Sud et au Japon. Si les États-Unis sont prêts à renoncer à leur présence militaire dans ces différentes parties du monde et sur la péninsule coréenne, alors, sans aucune doute, il y aura des raisons d'adopter une attitude plus sévère envers la Corée [de la part de la Russie, ndlr.]»

    Selon le parlementaire, la Corée du Nord n'a l'intention d'attaquer personne et mène une politique de protection. Dans le même temps, il a rappelé que la Russie est favorable à la non-prolifération des armes nucléaires et prend une position adéquate.

    Dimanche, le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a appelé la Chine et la Russie à exercer une pression sur la Corée du Nord pour qu'elle change sa politique actuelle. Il a également déclaré que les États-Unis ne cherchent pas à changer le régime en Corée du Nord.

    La Corée du Nord a confirmé avoir effectué vendredi un tir d'essai d'un missile balistique Hwasong-12. L'engin, qui a survolé le Japon, a atteint une altitude de 800 kilomètres, a parcouru 3.700 kilomètres et est tombé à 2.000 kilomètres de l'île japonaise de Hokkaido. Le tir s'est déroulé sous le contrôle de Kim Jong-un en personne, d'après l'agence KCNA. Pyongyang a ainsi «testé les performances d'un missile balistique stratégique à longue et moyenne portée», a noté le dirigeant nord-coréen.
    Ce tir est intervenu trois jours après que le Conseil de sécurité des Nations unies a imposé de nouvelles sanctions contre Pyongyang pour son sixième essai nucléaire.

    Lire aussi:

    Trump promet de «détruire complètement» la Corée du Nord en cas de menace pour les USA
    Une frappe US contre Pyongyang, «c’est 25 Tchernobyl sur la péninsule coréenne»
    Le Pentagone prêt à protéger le Japon des provocations nord-coréennes
    Tags:
    Dmitri Novikov, Rex Tillerson, Kim Jong-un, Corée du Nord, Corée du Sud, Japon, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik