Ecoutez Radio Sputnik
    Pyongyang

    «Détruire la Corée du Nord»: les USA cherchent à s'arroger les pouvoirs du CS de l'Onu

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    72e session de l'Assemblée générale de l'Onu (22)
    100668

    Les menaces formulées par l'ambassadrice permanente des États-Unis à l'Onu à l'encontre de Pyongyang sont sans doute un facteur dissuasif. Elles ne doivent toutefois pas être sous-estimées, considère un député russe, qui rappelle en outre qu'une fois de plus Washington tente de s'approprier les pouvoirs de l'arbitre.

    Les déclarations de la représentante permanente des États-Unis auprès de l'Onu, Nikki Haley, sur l'éventuelle destruction de la Corée du Nord est une tentative de dissuasion, estime Iouri Chvytkine, vice-président du comité de la Douma (chambre basse du parlement russe) en charge de la défense.

    «Sans doute, c'est avant tout une tentative de dissuasion», a-t-il indiqué à Sputnik, commentant les propos de l'ambassadrice américaine qui avait déclaré dimanche dans une interview à CNN que le Conseil de sécurité des Nations unies avait épuisé toutes les possibilités de contenir le programme nucléaire nord-coréen et que si Pyongyang menaçait Washington et ses alliés, la «Corée du Nord sera[it] détruite».

    Selon M.Chvytkine, les propos de Nikki Haley suscitent incontestablement de la colère et, qui plus est, peuvent conduire à une nouvelle escalade des tensions dans la région. «Les États-Unis et leurs alliés cherchent une fois de plus à s'approprier les pouvoirs de l'arbitre, ou pour être plus clair, ceux du Conseil de sécurité et de l'Assemblée générale de l'Onu», a-t-il conclu.

    Et de souligner qu'il ne fallait pas sous-estimer la déclaration de Mme Haley. «Nous connaissons, malheureusement, des cas où les États-Unis, en proie à leur impulsivité, ont effectué des frappes non justifiées de manière imprévisible», a explicité le député russe.

    Vendredi matin, la Corée du Nord a effectué un nouveau tir de missile balistique depuis les environs de Pyongyang en direction du Japon. L'engin a survolé l'île de Hokkaido et est tombé dans l'océan Pacifique, à 2.200 kilomètres de la côte la plus proche du Japon, sans causer de préjudice. Théoriquement, un tel missile, lancé depuis le territoire de la Corée du Nord, peut atteindre l'île américaine de Guam.

    Ce tir est intervenu trois jours après que le Conseil de sécurité des Nations unies a imposé de nouvelles sanctions contre Pyongyang pour son sixième essai nucléaire.

    Dossier:
    72e session de l'Assemblée générale de l'Onu (22)

    Lire aussi:

    Pyongyang: toutes les options sont sur la table, selon un conseiller de Trump
    Pyongyang confirme avoir testé un missile Hwasong-12
    Pyongyang, «une menace globale, qui demande une réponse globale de tous les pays»
    Tags:
    frappes, menaces, Assemblée générale des Nations unies, Conseil de sécurité de l'Onu, Nikki Haley, États-Unis, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik