Ecoutez Radio Sputnik
    La presse allemande

    Opinion allemande formée par les médias: comme sous le IIIe Reich, «mais en plus élégant»

    © Photo: Flickr.com/Ed Yourdon/cc-by-nc-sa 3.0
    International
    URL courte
    37826

    «Les médias mentent-ils?», s’interroge Jens Wernicke dans le titre de son nouveau livre. Dans un entretien accordé à Sputnik à l’occasion de sa sortie, le journaliste allemand Volker Bräutigam se plaint de la partialité et de la russophobie de plusieurs éditions.

    Dans la langue allemande, le terme de «propagande» est étroitement lié au Troisième Reich quand, tout comme aujourd'hui, la propagande servait à induire en erreur les masses pour mettre en œuvre une politique tout à fait concrète, a déclaré à Sputnik Volker Bräutigam.

    «Aujourd'hui, ce sont les intérêts transatlantiques qui sont mis en valeur par des moyens de propagande qui doivent garantir la réalisation de cette politique», a relevé l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que les instruments étaient les mêmes que ceux utilisés sous le Troisième Reich, mais qu'ils étaient seulement plus élégants.

    «Comme notre société est nourrie depuis de très longues années par des idées antirusses, la majorité ne s'apercevra même pas d'une injection de nouvelles thèses propagandistes. […] Ainsi, la propagande peut s'enraciner profondément», a prévenu l'expert.

    Et de conclure qu'il ne s'agissait au fond que de suppositions qui se présentaient comme des faits.

    Lire aussi:

    La propagande d’État n’a pas été inventée à l’Est, mais aux USA
    Italie: la proposition de loi contre la propagande fasciste divise la société
    Accusée de propagande, l’association syrienne des médias libres se défend
    Tags:
    opinion publique, médias, propagande, Sputnik, Volker Bräutigam, Jens Wernicke, Russie, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik