Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau du Kurdistan

    Ankara et Paris main dans la main pour riposter au référendum kurde en Irak?

    © AFP 2019 SAFIN HAMED
    International
    URL courte
    Polémique autour du référendum kurde (2017) (48)
    30126

    Sérieusement préoccupé par la perspective du référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien, Ankara, qui compte la plus importante communauté kurde dans la région, voit en Paris un allié.

    Emmanuel Macron et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan étudieront la possibilité d'une riposte commune face au référendum sur l'indépendance du Kurdistan irakien, relate lundi le journal Haberturk, citant de hauts responsables du ministère turc des Affaires étrangères.

    Selon le quotidien turc, la question sera évoquée par les deux chefs d'État cette semaine, à l'Assemblée générale des Nations unies, et c'est là, à New York, que M. Erdogan envisage de proposer au Président français un plan d'action en trois étapes.

    Les démarches concrètes à suivre en cas de victoire du «oui» au référendum kurde seront formulées par la Turquie le 22 septembre, lors d'une réunion du Conseil de la défense nationale. En attendant, le chef d'État turc compte proposer à Paris de s'unir pour appeler Erbil (capitale du Kurdistan irakien) à renoncer au vote prévu le 25 septembre. En cas de succès, Ankara et Paris se poseraient en médiateurs entre Bagdad et les Kurdes afin d'assurer le respect des droits constitutionnels de ces derniers, régler les problèmes des régions contestées et rédiger une feuille de route qui constituera la deuxième étape du plan turc.

    Au cas où Erbil maintiendrait tout de même le référendum, la Turquie propose à Paris d'introduire un paquet de sanctions contre le Kurdistan irakien, soit la troisième étape du projet. Dans ce cas, estime Ankara, les mesures adoptées par la Turquie et la France à l'encontre d'Erbil doivent être similaires, voire identiques.

    Le Parlement du Kurdistan irakien, qui ne s'était pas réuni depuis deux ans, s'est prononcé la semaine dernière à une très large majorité en faveur de la tenue de la consultation, que le gouvernement juge inconstitutionnelle. L'Iran et la Turquie, qui craignent qu'elle n'alimente les velléités séparatistes de leurs propres minorités kurdes, y sont également très hostiles.

    Malgré les appels à renoncer, le dirigeant du Kurdistan autonome irakien Massoud Barzani a fait savoir vendredi dernier que le référendum était aurait bel et bien lieu à la date prévue.

    Dossier:
    Polémique autour du référendum kurde (2017) (48)

    Lire aussi:

    Ex-ambassadeur turc: Israël sera le premier à reconnaitre l’indépendance du Kurdistan
    Kurdistan irakien: qui soutient le référendum d'indépendance et pourquoi?
    Le parlement irakien rejette le référendum sur l'indépendance du Kurdistan
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    Tags:
    référendum, Emmanuel Macron, Recep Tayyip Erdogan, Kurdistan irakien, Turquie, France, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik