International
URL courte
Par
69640
S'abonner

«Il est encore plus difficile de combattre RT et Sputnik que les mystérieux hackers russes», s’alarme le New York Times qui, comme à son habitude, met en garde le monde contre la Main du Kremlin. Et si cette dernière forçait les Américains et les Européens à lire Sputnik et RT?

Le New York Times tire (à nouveau) la sonnette d'alarme: le Kremlin a créé une arme «parfaite», «impossible désormais de l'arrêter». Cet engin sophistiqué est un être bicéphale et vous est certainement connu, car il s'agit de l'agence Sputnik et de la chaîne RT.

Dans un texte surmonté du titre «RT, Sputnik et la nouvelle théorie russe de la guerre», le New York Times, qui s'est mis à cette occasion au russe, retrace les piques faites à l'encontre de la Main du Kremlin.

Le Brexit, l'élection de Donald Trump, la présidentielle française… Le journal n'oublie pas non plus l'histoire de la petite Liza qui affirmait avoir été violée par des migrants en Allemagne, avant de faire machine arrière et d'avouer qu'elle était en fait partie avec des inconnus de son propre gré.

Seul hic, le doute hante le texte du journal américain, les mots «présumé» et le conditionnel traversant chacune des accusations lancées à l'encontre des médias russes.

Évoquant le «délit» que RT a commis en s'adressant à Nigel Farage, l'homme politique qui est à l'origine de la création du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP), le NYT écrit: «Par la suite, un comité du Parlement britannique a publié un rapport concernant une présumée ingérence de gouvernements étrangers sur les résultats du référendum».

Le doute plane également sur l'ingérence toujours «présumée» dans la présidentielle américaine: «les réseaux d'information russes auraient joué un rôle lors de la présidentielle américaine de 2016», poursuit le média américain avant de sortir son dernier argument: les élections en France. «Lorsque Vladimir Poutine a rencontré le nouveau Président français au château de Versailles, en mai dernier, Macron a parlé de ces tentatives d'influence lors d'un point presse», indique le NYT.

Sauf que l'histoire de M. Macron ne s'inscrit pas dans cette série, car c'est bien lui qui a emporté le scrutin. Après le Brexit et l'élection de Donald Trump, la puissante arme de Moscou a-t-elle raté sa cible ou la Main du Kremlin aurait-elle tremblé face à l'ardeur du candidat d'En Marche?

La «présumée ingérence», le «rôle que la Russie aurait joué», les «tentatives d'influencer»… Fidèle compagnon de ces accusations, l'incertitude est bel et bien présente dans chacune d'elles, car aucun rapport ni aucune enquête n'a pu trouver de preuves en béton confirmant que deux agence russes, dont l'envergure est assez limitée, comme le reconnaît le NYT, auraient pu produire un tel effet sur la scène internationale.

«La Russie est parvenue à construire l'opération de propagande la plus efficace du XXI siècle, dont le succès dépend directement du climat politique fébrile qui règne dans plusieurs pays occidentaux», conclut le média, se gardant pourtant d'aller jusqu'à analyser les facteurs qui ont permis à cette ambiance «fébrile» de s'installer.

«Il est encore plus difficile de combattre RT et Sputnik que les mystérieux hackers russes», s'alarme donc le journal. Mais si l'arme de la «propagande russe» est si performante, que la presse américaine nous explique comment la Main du Kremlin force les gens à travers le monde à lire nos articles.

Lire aussi:

Au moins six morts dans une fusillade en Allemagne
Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Une course-poursuite avec des lanceurs d’œufs vire au drame en Charente-Maritime
Alerte en Algérie après la réapparition du poisson lièvre
Tags:
guerre de l’information, Brexit, chaîne de télévision RT, Sputnik, Donald Trump, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik