Ecoutez Radio Sputnik
    Tchernobyl, 30 ans après

    Une frappe US contre Pyongyang, «c’est 25 Tchernobyl sur la péninsule coréenne»

    © AFP 2017 Sergei Supinsky
    International
    URL courte
    406210244

    Quelles seraient les conséquences d’une frappe américaine sur la Corée du Nord? Une zone pratiquement morte sur la péninsule et en Chine, ainsi que «la contamination de gigantesques territoires en Russie», expliquent les experts militaires qui ont décrypté pour Sputnik les propos de Donald Trump lors de sa récente intervention à l’Onu.

    Depuis la tribune de l'Assemblée générale de l'Onu, Donald Trump a évoqué la situation tendue sur la péninsule coréenne, menaçant de «détruire totalement la Corée du Nord» et surnommant son homologue nord-coréen «l'homme fusée». Kontantine Sivkov, expert militaire russe, a expliqué à Sputnik ce qui se cache derrière les propos du Président américain.

    Les nouvelles menaces proférées à l'encontre de la Corée du Nord s'expliquent par la conjoncture politique intérieure aux États-Unis et la faiblesse de la position du Président, a déclaré l'expert qualifiant les déclarations de M. Trump de provocatrices et dangereuses pour la sécurité globale:

    «Il ne faut pas oublier ce que c'est que de frapper la Corée du Nord. Si les États-Unis décident une vraie guerre contre la Corée du Nord, cela ne voudra dire qu'une chose: 25 réacteurs nucléaires en Corée du Sud seront détruits par les contre-frappes de la Corée du Nord. C'est 25 Tchernobyl sur la péninsule coréenne.», explique M. Sivkov, avant de détailler:

    «C'est en effet une zone pratiquement morte sur la péninsule. C'est une zone morte dans une grande partie du territoire chinois. C'est la contamination de gigantesques territoires en Russie. C'est rendre la majeure partie du Japon absolument impropre à la vie. Comparé à cela, l'accident de Fukushima sera un jeu d'enfant. Trump fait tout pour arriver à un conflit nucléaire. Il faut par ailleurs comprendre qu'en cas de frappe nucléaire contre la Corée du Nord, la Chine et la Russie ne resteront pas inactives.»

    Soulignons que dans ses discours, le Président Trump a tendance à ne pas mâcher ses mots. Au lieu de trouver une voie pacifique pour régler le conflit avec la Corée du Nord, ce leader d'une puissance mondiale ne cesse de lancer des menaces à l'encontre Pyongyang. 

    Auparavant, depuis la tribune de l'Onu, le Président américain Donald Trump avait promis d'«anéantir» la Corée du Nord en cas de menace pour les États-Unis, insistant sur le fait que Washington était «prêt, veut et peut le faire», mais espère que ceci ne s'avérera pas nécessaire.

    La Corée du Nord a confirmé avoir effectué vendredi dernier un tir d'essai d'un missile balistique Hwasong-12. L'engin, qui a survolé le Japon, a atteint une altitude de 800 kilomètres, a parcouru 3.700 kilomètres et est tombé à 2.000 kilomètres de l'île japonaise de Hokkaido. Le tir s'est déroulé sous le contrôle de Kim Jong-un en personne, d'après l'agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). Pyongyang a ainsi «testé les performances d'un missile balistique stratégique à longue et moyenne portée», a noté le dirigeant nord-coréen.

    Ce tir est intervenu trois jours après que le Conseil de sécurité des Nations unies a imposé de nouvelles sanctions contre Pyongyang pour son sixième essai nucléaire.

    Lire aussi:

    Trump promet de «détruire complètement» la Corée du Nord en cas de menace pour les USA
    La volonté de Trump d’«anéantir» la Corée du Nord ne trouve pas d’écho chez Merkel
    Moscou durcira sa politique sur Pyongyang lorsque les USA renonceront à leur militarisme
    Tags:
    frappe de missile, Donald Trump, Tchernobyl, Corée du Nord, Chine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik