International
URL courte
21472
S'abonner

Bien qu’on ne puisse pas suivre les démarches de Pyongyang en restant muets, il faut refroidir les têtes brulées puisque le déclenchement d’une guerre dans la zone est inacceptable, a assuré le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, lors d'une conférence de presse à New York.

Il est inacceptable de rester muet face aux aventures nord-coréennes, mais ce qui est également inacceptable, c'est de déclencher un conflit armé sur la péninsule coréenne, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse à New York. Selon lui, il faut que toutes les parties cessent leur logique d'escalade, pour que les têtes brulées se calment.

«Si l'on parle d'échange de menaces, c'est bien sûr mauvais. Il est inacceptable de rester muet vis-à-vis des aventures nucléaires de la Corée du Nord, ainsi qu'il est inacceptable de déclencher une guerre sur la péninsule coréenne. Et si l'on traduit ces menaces dans la langue des actions pratiques, il s'avère s'agir exactement de cela», a affirmé le diplomate intervenant au siège des Nations unies.

«C'est pourquoi il faut refroidir les têtes brulées. Il faut se rendre compte qu'une pause est nécessaire, il faut rétablir les contacts. S'il existe des entités désireuses de servir d'intermédiaires, je les applaudirai», a-t-il ajouté.

Certains pays européens neutres pourraient jouer ce rôle ou bien le secrétaire général de l'Onu Antonio Guterres: «Donc, nous ne sommes pas à court d'entités qui sont prêtes à promouvoir non pas le règlement militaire ou la mise en place de sanctions, mais bien une solution politique.»

La Corée du Nord fait actuellement l'objet du plus dur régime de sanctions au monde, qui comprend un embargo sur le commerce des armes, sur les livraisons de combustible pour avions en Corée du Nord et sur l'achat de charbon, d'acier, de fruits de mer et d'autres produits nord-coréens.

Le Président Donald Trump a annoncé le durcissement des sanctions contre la Corée du Nord jeudi avant une rencontre avec le Président sud-coréen Moon Jae-in et le Premier ministre japonais Shinzo Abe. Ce qui survient suite à l'adoption par le Conseil de sécurité de l'Onu d'une résolution sur les sanctions contre Pyongyang, qui a récemment effectué son 6e test nucléaire. Selon le Président américain, le décret adopté est destiné à priver le programme militaire nord-coréen de sources de financement.

🔴 #EnDirect La conférence de presse de Sergueï Lavrov à la 72e Assemblée générale des Nations unies. https://sptnkne.ws/f3Nb

Опубликовано Sputnik France 22 сентября 2017 г.

Lire aussi:

Pyongyang pourrait bien tester une bombe H dans le Pacifique, selon Tokyo
Rex Tillerson: l’option militaire contre Pyongyang toujours à l’étude
Pékin dit «non» aux nouvelles sanctions US à l’encontre de Pyongyang
Plus de 1.500 militaires français se déploient dans les Alpes pour faire face à «l’affrontement majeur»
Tags:
menace nord-coréenne, essais, tirs, guerre, 72e session de l'Assemblée générale de l'Onu, ONU, Sergueï Lavrov, Pyongyang, Corée du Nord, Moscou, New York, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook