Ecoutez Radio Sputnik
    le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov

    «Aucune preuve présentée pour appuyer l’ingérence de Moscou dans l’élection US»

    © AP Photo/ Seth Wenig
    International
    URL courte
    7408141

    La partie américaine n’a jusqu’à présent pas révélé la moindre preuve pour justifier une hypothétique ingérence russe dans l’élection présidentielle aux États-Unis, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse à New York.

    En dépit de nombreuses accusations à l'égard de Moscou, relatives à l'ingérence russe présumée dans l'élection présidentielle en 2016, les États-Unis n'ont présenté aucun fait pouvant le confirmer, a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse finale organisée à New York dans le cadre de la 72e session de l'Assemblée générale de l'Onu.

    «Cela fait bientôt un an que de nombreux procureurs et commissions travaillent et que plusieurs audiences ont eu lieu, pourtant, personne, jamais, nulle part, n'a présenté le moindre fait.»

    Et d'ajouter qu'exactement de la même manière Moscou n'avait pas reçu d'informations prouvant l'ingérence russe dans les élections en France et en Allemagne.

    Le Congrès des États-Unis et le FBI mènent plusieurs enquêtes sur l'ingérence présumée de Moscou dans l'élection présidentielle remportée par Donald Trump. Les médias américains publient fréquemment des informations, citant des sources anonymes, sur des contacts de membres de l'équipe électorale de M.Trump avec des fonctionnaires et hommes d'affaires russes.

    Lire aussi:

    Trump sur l’ingérence russe dans l’élection: «Peut-être, c’étaient eux, ou peut-être pas»
    Aux USA, on confirme que «l’ingérence russe» n’a pas eu d’influence sur la présidentielle
    Les médias révèlent de nouveaux détails sur les prétendus liens Trump-Russie
    Tags:
    élection présidentielle, Donald Trump, Sergueï Lavrov, New York, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik