Ecoutez Radio Sputnik
    La province syrienne d'Idlib

    La situation en Syrie reste stable même malgré les menées des forces destructrices

    © AFP 2017 Al-Maarra Today/Ghaith Omran
    International
    URL courte
    2946162

    Le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie constate que les agissements des forces destructrices en vue de déstabiliser la situation dans la zone de désescalade d'Idlib sont vains et que la situation y reste stable.

    Même en dépit des menées des forces destructrices en vue de déstabiliser la situation dans la zone de désescalade d'Idlib, la situation en Syrie reste stable, a affirmé le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

    «La situation en Syrie après la signature du Mémorandum sur la mise en place de zones de désescalade dans le pays à l'issue des négociations d'Astana (Kazakhstan) reste stable même malgré les manœuvres des forces destructrices qui visent à déstabiliser la situation dans la zone №1 d'Idlib», indique le Centre dans un communiqué.

    Selon ce dernier, dans la province de Homs, 14 combattants issus de formations armées illégales ont rejoint l'armée gouvernementale syrienne en une journée.

    En outre, comme l'indique le communiqué, la Russie travaille activement pour que les civils de nombreuses villes syriennes retrouvent une existence paisible.

    «À cette fin, avec l'aide de la direction de la Syrie, un service de relations publiques au sein du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit a été ouvert à Jayrud, dans le Qalamoun de l'est», précise le communiqué.

    Quatre zones de désescalade fonctionnent à l'heure actuelle en Syrie: dans le sud, dans la province de Deraa (à la frontière syro-jordanienne), dans la banlieue de Damas (Ghouta orientale), au nord de la province de Homs, ainsi que la zone dans la région d'Idlib.

    Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a rappelé ce vendredi, lors d'une conférence de presse finale organisée à New York dans le cadre de la 72e session de l'Assemblée générale de l'Onu, que les quatre zones ne fonctionneraient que six mois.

    Lire aussi:

    La zone de désescalade d'Idlib sera contrôlée par la Russie, l'Iran et la Turquie
    Moscou, Ankara et Téhéran discutent de la création d’une zone de désescalade à Idlib
    La police militaire russe bientôt déployée dans la zone d'Idlib
    Tags:
    situation, zones de désescalade, 72e session de l'Assemblée générale de l'Onu, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, ONU, Sergueï Lavrov, Deraa, Ghouta orientale, Damas, Homs, Astana, Kazakhstan, Idlib, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik