Ecoutez Radio Sputnik
    Rex Tillerson

    «L'homme qui a sauvé le monde»: Tillerson honore la mémoire d'un militaire soviétique

    © AP Photo/ Rick Rycroft
    International
    URL courte
    273739344

    Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson, intervenant au Conseil de sécurité de l'Onu, a rendu hommage à l'officier soviétique Stanislav Petrov, qui a joué un grand rôle dans la sauvegarde de la paix lors de la guerre froide.

    Au cours d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies sur la non-prolifération des armes de destruction massive, le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a tenu à rappeler la mort d'un Soviétique peu connu, mais important dans l'histoire de la guerre froide, que le monde n'a appris que récemment:

    «Son nom est Stanislav Petrov. On le nomme parfois l'homme qui a sauvé le monde», a commencé M.Tillerson.

    La base navale américaine d'Apra Harbor, à Guam
    © REUTERS/ Major Jeff Landis,USMC (Ret.)/Naval Base Guam/Handout/File Photo
    «En 1983, Petrov était un officier soviétique en service dans un point de commandement, doté de système d'avertissement contre les attaques nucléaires, quand ses ordinateurs ont enregistré un tir de missiles américains. Il a dit: "Je disposais d'informations suffisantes pour conclure qu'il s'agissait vraiment d'une attaque."»

    Selon le militaire, s'il avait envoyé un rapport au commandement, personne n'aurait prononcé un mot contre cela. Tout ce qu'il devait faire, c'était décrocher son téléphone et communiquer via la ligne directe au commandement, mais il ne pouvait pas bouger: «Je me sentais comme assis sur une poêle», a rappelé M.Tillerson citant l'officier Petrov.

    «Petrov a eu un sentiment intuitif que l'ordinateur avait commis une erreur et heureusement, il s'est trouvé qu'il avait raison: l'alerte était fausse.»

    À la place d'indiquer au commandement qu'il fallait préparer une contre-attaque nucléaire immédiate, il a informé le QG de l'armée que le système était en panne.

    «Cette épisode illustre à quel point le risque est élevé lorsqu'il s'agit d'armes nucléaires, surtout quand la décision est ou peut être dictée par des moyens techniques parfois peu fiables ou par un jugement humain erroné», a résumé le secrétaire d'État.

    Ces propos surviennent sur fond de relations tendues entre les États-Unis et la Corée du Nord. Les tensions autour des programmes nucléaire et balistique de la Corée du Nord ne cessent de s'aggraver ces derniers mois, alors que Pyongyang multiplie ses tirs de missiles.

    Pyongyang a récemment déclaré avoir achevé les préparatifs d'une frappe contre l'île de Guam, située dans l'océan Pacifique, qui abrite la base aérienne américaine d'Andersen et la base navale Apra Harbor.

    Lire aussi:

    La CIA déclassifie des documents de l’époque de la guerre froide sur la marine soviétique
    Russie: «Washington revient aux clichés primitifs de la guerre froide»
    Entrepôts de l'ambassade US à Moscou: on peut «y créer un musée de la guerre froide»
    Tags:
    héros, soldats, hommage, discours, réunion, guerre froide, Conseil de sécurité de l'Onu, Rex Tillerson, URSS, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik