International
URL courte
473016
S'abonner

En se mettant sous la protection de Pékin, Pyongyang s'assurerait une meilleure garantie de sécurité que le fait d'entretenir son propre arsenal nucléaire et participerait à régler la crise nord-coréenne. C'est en tout cas ce qu'estime le directeur du centre de sécurité nationale de l’Université Columbia, Philipp Bobbit.

Pékin pourrait contribuer au règlement de la crise autour des programmes balistique et nucléaire de la Corée du Nord en acceptant de lui prêter «son parapluie nucléaire» assurant ainsi sa sécurité en cas d'attaque préventive des États-Unis, suppose le directeur du centre de sécurité nationale de l'Université Columbia, Philipp Bobbit, cité par le Time.

Pour la Chine, cette solution pourrait également être avantageuse, estime l'expert, car Pékin prendrait ainsi la responsabilité de maintenir la paix dans le monde, ce qui renforcerait son image sur l'arène politique mondiale.

Quant à Pyongyang, il pourrait avoir ses propres raisons d'accepter une telle protection de la part de la Chine puisque les méthodes de première frappe sont toujours perfectionnées par les États-Unis, qui ont fait des progrès dans la mise en place de systèmes de surveillance, le suivi des cibles et l'analyse de l'information dans le cadre de l'élaboration du concept de première frappe.

En revanche, comme l'indique M. Bobbit, si Pyongyang accepte de s'abriter sous ce «parapluie nucléaire» de Pékin, cela lui assurera une meilleure garantie de sécurité que de posséder son propre arsenal nucléaire, qui pourrait être frappé par les États-Unis.

Lors de son premier discours devant l'Assemblée générale de l'Onu mardi, Donald Trump a menacé de «détruire totalement» la Corée du Nord, affublant son dirigeant Kim Jong-un du surnom de «Rocket Man» («l'homme-fusée»), «embarqué dans une mission-suicide pour lui et son régime».

En réponse aux déclarations de M. Trump, Pyongyang a pour sa part évoqué la possibilité de procéder à l'essai d'une bombe H d'une puissance sans précédent dans l'océan Pacifique.

Par la suite, le chef de la Maison-Blanche a promis via son compte Twitter de mettre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à l'épreuve «comme jamais», tout en le traitant de «forcené».

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Endormie, elle est violée par un ouvrier venu faire des travaux chez elle dans les Yvelines
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Tags:
menace nucléaire, opinion, expert, programme balistique, nucléaire coréen, Donald Trump, Kim Jong-un, Corée du Nord, Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook