International
URL courte
10560
S'abonner

Washington a échoué dans ses tentatives pour mettre en place des formations armées contrôlables en Syrie. Dans ce contexte, sa présence dans le pays est dénuée de sens, a affirmé à Sputnik le colonel Viktor Mourakhovski, rédacteur en chef du magazine Arsenal de la Patrie.

Les États-Unis n'ont pas réussi à créer en Syrie de formations armées contrôlables, ce qui rend inutile leur présence dans le pays. En effet, selon certaines informations, la coalition internationale dirigée par Washington a commencé à réduire ses effectifs déployés sur la base militaire d'Al-Tanf, a annoncé à Sputnik le colonel Viktor Mourakhovski, rédacteur en chef du magazine Arsenal de la Patrie.

Une source diplomatique et militaire proche du dossier a précédemment annoncé à Sputnik que la partie américaine s'était déclarée en principe prête à quitter Al-Tanf qui abrite actuellement une base de la coalition internationale apportant son soutien à l'opposition armée. Toutefois, aucun délai concret n'avait été donné.

«La base déployée par les États-Unis en Syrie dans un secteur proche de la Jordanie […] sera évacuée. L'Amérique n'a pas réussi à mettre en place en Syrie de formations armées contrôlables, ce qui prive de sens sa présence dans le pays», a souligné Viktor Mourakhovski.

Selon lui, «après la victoire sur les terroristes, il est prévu d'engager un processus politique à l'issue duquel il ne devra rester aucune structure illégitime, que ce soit une force, une formation armée ou un pays étranger».

Il a précisé à Sputnik que le retrait des forces américaines de Syrie signifierait également l'interdiction de vols de la coalition dirigée par Washington au-dessus du territoire syrien.

Lors d'une conférence de presse donnée à New York dans le cadre de la 72e Assemblée générale de l'Onu, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, s'est dit certain que le terrorisme en Syrie serait vaincu, après quoi toutes les forces qui s'y trouvent de manière illégitime devraient quitter le pays, la question de la légitimité relevant «des dirigeants syriens à l'issue d'un processus politique».

Lire aussi:

Erdogan: il est temps de mettre fin à «l'occupation» du territoire azerbaïdjanais par l'Arménie
Pour le Kremlin les tensions dans le Haut-Karabagh sont une «préoccupation sérieuse»
L’Azerbaïdjan a lancé des systèmes de lance-roquettes lourds dans la bataille, assure l’Arménie
La fuite d’oxygène sur l’ISS gagne en ampleur
Tags:
retrait, base militaire, 72e session de l'Assemblée générale de l'Onu, Sergueï Lavrov, Jordanie, Al-Tanf, New York, Washington, États-Unis, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook