Ecoutez Radio Sputnik
    Aegis Ashore

    Devant le risque nord-coréen, Tokyo veut des systèmes de défense antimissiles US

    © AFP 2017 DANIEL MIHAILESCU
    International
    URL courte
    13615

    Afin de se protéger contre le risque d’une attaque nucléaire nord-coréenne, le gouvernement japonais envisage la possibilité de déployer des complexes américains de défense antimissile dans l'ouest du pays, selon le quotidien japonais Asahi.

    Le Japon envisage la possibilité de déployer sur son territoire des complexes américains de défense antimissile Aegis Ashore, version terrestre des systèmes Aegis dont sont déjà équipés six destroyers de la marine japonaise, relate le journal japonais Asahi.

    Il est prévu que les complexes seront installés sur deux bases militaires des Forces japonaises d'autodéfense sur la côte ouest, du côté de la mer du Japon. Le déploiement du complexe de défense antimissile pourrait être achevé vers 2023.

    Le gouvernement nippon explique cette initiative par le besoin de protéger le pays dans le contexte de la montée des tensions sur la péninsule coréenne. Des experts précisent que deux complexes suffiraient pour assurer la protection de l'ensemble du pays contre le risque d'attaques de roquettes ou de chutes de missiles balistiques.

    Le coût de chaque installation est de 80 milliards de yens (environ 620 millions d'euros). Le ministère japonais de la Défense a déjà demandé un budget à ces fins pour l'exercice suivant.

    La première installation Aegis Ashore est entrée en service en 2015 en Roumanie, et un second site sera en fonction en 2018, en Pologne. Ils dépendent de l'US Navy et sont des composants du système de défense antimissile de l'Otan.

    Lire aussi:

    Tokyo s’arme contre Pyongyang, Moscou préoccupé
    Le Japon ne compte plus sur les USA et commence à s'armer
    Le Japon pourrait se doter de systèmes antimissiles US
    Tags:
    bouclier antimissile, Aegis Ashore, Corée du Nord, États-Unis, Japon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik