Ecoutez Radio Sputnik
    Stand of the Sputnik International Information Agency. (File)

    Pourquoi les accusations contre Sputnik sont une «insulte» aux Américains

    © Sputnik . Igor Russak
    International
    URL courte
    4130

    Trois nouveaux congressistes américains sont partis en guerre contre la radio Sputnik, l’accusant d’«ingérence dans les élections» aux États-Unis. Le politologue Atilio Boron a confié à Sputnik que leurs attaques représentaient «une insulte à l’intelligence des Américains».

    De l'avis du politologue argentin Atilio Boron, les accusations d'ingérence dans les élections contre la radio Sputnik portées par trois congressistes démocrates ne sont rien d'autre qu'«une insulte à l'intelligence des Américains».

    Cette démarche des congressistes démocrates rappelle selon lui les pratiques politiques infâmes du tristement célèbre sénateur Joseph McCarthy qui avait accusé ses adversaires de subversion et de trahison sans fournir aucune preuve.

    Le politologue a affirmé que les démarches de certains congressistes et l'activité du New York Times visaient à dissimuler un fait évident, à savoir que l'élection de Trump à la présidence aux États-Unis n'avait rien à voir avec RT et Sputnik.

    «À mon avis, il est tout à fait absurde d'affirmer que deux agences d'information aient pu manipuler l'opinion publique des États-Unis», commente le politologue, ajoutant que les élus à Washington «sous-estiment» leurs propres citoyens s'ils pensent que ces derniers pourraient être manipulés.

    Selon M. Boron, une telle supposition n'est autre chose qu'une «insulte à l'intelligence» des Américains.

    Le 18 septembre, trois congressistes américains Mike Doyle, Anna Eshoo et Frank Pallone, avaient envoyé un message à Ajit Pai, chef de la Commission fédérale des communications (FCC), lui demandant d'enquêter sur la soi-disant ingérence de la radio Sputnik dans les élections présidentielles aux États-Unis en 2016, faisant référence à un article du New York Times. Les congressistes ont cependant oublié que la radio a commencé à émettre à Washington sur les ondes 105,5 FM le 1er juillet 2017, soit près de huit mois après le vote. 

    Lire aussi:

    Le RAID déployé à Lourdes, des tirs ont été entendus
    Des artisans ayant travaillé à Notre-Dame déclarent ne pas arriver à comprendre l’incendie
    Un CRS matraque une Gilet jaune à la tête et la laisse inconsciente au sol (vidéo)
    Tags:
    insulte, accusations, ingérence, Présidentielle américaine 2016, Commission fédérale des communications des Etats-Unis (FCC), Atilio Boron, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik