International
URL courte
55643
S'abonner

Les États-Unis ont élargi la liste des pays dont les citoyens sont interdits d'entrée sur le sol américain, l'interdiction pour les ressortissants nord-coréens, vénézuéliens et tchadiens entrera en vigueur le 18 octobre.

Les ressortissants de huit pays au total se sont trouvés confrontés à de nouvelles mesures américaines limitant leur liberté de circulation. Le Président Donald Trump a ordonné dimanche de revoir l'interdiction d'entrée aux États-Unis qui concernait déjà les Iraniens, les Yéménites, les Libyens, les Syriens et les Somaliens.

Précisément, à partir du 18 octobre, les interdictions pour les pays mentionnés seront durcies et affecteront également les ressortissants de la Corée du Nord, du Venezuela et du Tchad, est-il dit dans le décret présidentiel publié sur le site de la Maison-Blanche. En cela, le Soudan a été retiré de la liste.

Sur son compte Twitter, Donald Trump a motivé sa démarche, affirmant l'avoir entreprise par souci de sécurité:

«Ma priorité numéro un, c'est de protéger l'Amérique. Nous n'allons pas permettre l'entrée dans notre pays aux personnes que nous ne pouvons pas vérifier de façon sûre.»

Pour les citoyens des sept pays visés, sauf le Venezuela, l'entrée est bloquée tant avec un visa d'immigration qu'avec un visa simple. Dans le cas du Venezuela, l'interdiction concerne aussi les fonctionnaires et les membres de leurs familles, ainsi que les détenteurs de visas d'affaires et touristiques.

Lire aussi:

«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
Tags:
interdiction d'accès, décret, visas, sécurité, présidence américaine, Donald Trump, Somalie, Venezuela, Libye, Corée du Nord, Tchad, Iran, Yémen, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook