International
URL courte
Polémique autour du référendum kurde (2017) (48)
2362
S'abonner

La Turquie n’envisage pas de déclarer la guerre, suite au référendum des Kurdes d’Irak tenu ce lundi, mais s’engage par contre à entreprendre toutes les mesures nécessaires afin de se protéger, a déclaré le Premier ministre turc, Binali Yıldırım.

Les Kurdes d'Irak ont commencé à voter lundi matin pour leur indépendance lors d'un référendum vivement décrié par la communauté internationale.

Or, la Turquie a exprimé à de nombreuses reprises son opposition catégorique à ce scrutin, craignant que la création d'un État kurde en Irak ne renforce les velléités séparatistes de sa propre minorité kurde dans le sud-est du pays, théâtre d'une rébellion sanglante depuis 1984.

«Nous ne déclarons pas la guerre, mais nos citoyens n'ont pas à s'inquiéter puisque nous allons protéger notre sécurité nationale», a déclaré le Premier ministre turc Binali Yıldırım, cité par la chaîne turque NTV.

«Le référendum qui se tient aujourd'hui […] est nul et non avenu. Nous ne reconnaissons pas cette initiative», a déclaré lundi dans un communiqué le ministère turc des Affaires étrangères.

Le Parlement turc a renouvelé pour un an samedi le mandat qui permet à l'armée d'intervenir en Irak et en Syrie, et qui devait arriver à expiration le 30 octobre.

Le ministère turc des Affaires étrangères a par ailleurs conseillé lundi aux Turcs présents dans les provinces kurdes irakiennes d'Erbil, Dohouk et Souleimaniyeh de partir si leur présence dans ces régions n'était pas indispensable, en mettant en garde contre des risques sécuritaires liés au référendum. Par ailleurs, Ankara mène depuis déjà huit jours des manœuvres militaires à la frontière sud de l'Irak, auxquelles prennent part au moins 20 chars de combats.

L'opposition de la Turquie à l'indépendance du Kurdistan irakien est susceptible de compromettre la viabilité d'un éventuel État kurde, notamment parce que le Kurdistan irakien tire ses principales recettes de l'exportation du pétrole qui se fait via un oléoduc débouchant dans le port turc de Ceyhan.

Dossier:
Polémique autour du référendum kurde (2017) (48)

Lire aussi:

Un «nouveau variant» du drapeau tricolore? Une bourde commise pendant les annonces de Castex ne passe pas inaperçue
Les États-Unis procèdent à des frappes en Syrie
Frappes américaines en Syrie: Moscou réagit
Un commissariat du Val-d’Oise attaqué durant une demi-heure par une trentaine d’individus
Tags:
référendum, Binali Yildirim, Kurdistan irakien, Kurdistan, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook