Ecoutez Radio Sputnik
    Une raffinerie de pétrole située dans le Kurdistan irakien

    La Turquie menace de couper le robinet du pétrole kurde en réponse au référendum

    © AFP 2017 ALI AL-SAADI
    International
    URL courte
    Polémique autour du référendum kurde (2017) (48)
    11252

    Invoquant la «sécurité nationale», le Premier ministre turc a sérieusement envisagé la possibilité de bloquer l’acheminement du pétrole kurde en riposte au référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien. La région tire en effet ses principales recettes de l’exportation du pétrole via un oléoduc débouchant dans un port turc.

    Le Premier ministre turc, Binali Yıldırım, a une fois de plus exprimé l'hostilité d'Ankara vis-à-vis du référendum sur l'indépendance qui se tient ce lundi au Kurdistan irakien. Dans ce contexte et en représailles au vote, l'homme politique n'a pas exclu la possibilité de couper l'acheminement du pétrole depuis le Kurdistan irakien vers le territoire kurde.

    «La sécurité nationale est en jeu et les pertes économiques, qui sont évaluées entre 300 et 500 millions de dollars, ne sont pas de nature à ce que la Turquie néglige sa sécurité nationale», a-t-il déclaré Binali Yıldırım sur la chaîne NTV, à l'évocation de cette éventualité.

    «Cette semaine, des mesures seront prises. Les entrées et sorties (à la frontière) seront fermées», a de son côté déclaré M. Erdogan lors d'un colloque à Istanbul, ajoutant que l'exportation du pétrole du Kurdistan irakien cessera une fois que la Turquie aura «fermé les vannes».

    Situé dans le nord montagneux de l'Irak et riche en pétrole, le Kurdistan irakien compte environ cinq millions d'habitants, principalement des Kurdes, mais aussi une minorité de Turkmènes. La région fait face à une situation économique difficile, notamment en raison de la baisse des prix du pétrole, sa principale source de revenus.

    L'opposition de la Turquie à l'indépendance du Kurdistan irakien est susceptible de compromettre la viabilité d'un éventuel État kurde, notamment parce que le Kurdistan irakien tire ses principales recettes de l'exportation du pétrole, qui se fait via un oléoduc débouchant dans le port turc de Ceyhan.

    Dossier:
    Polémique autour du référendum kurde (2017) (48)

    Lire aussi:

    Référendum kurde: Ankara a-t-il une guerre dans le viseur?
    Le Kurdistan irakien prêt à «geler les résultats» du référendum d’indépendance
    Le Kurdistan irakien s'élève contre les décisions de Bagdad sur le référendum
    Tags:
    pétrole, Kurdistan irakien, Turquie, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik