International
URL courte
Situation en Syrie (automne 2017) (110)
13240
S'abonner

Avec la libération des villes occupées par Daech, la vie en Syrie revient à la normale, et les attributs de ce pseudo-État terroriste, dont sa monnaie, disparaissent, devenant l’apanage du passé. Sputnik s’est intéressé à la question.

Les pièces de monnaie d'or et d'argent, émises par Daech et obligatoires dans les territoires occupés, disparaissent de la circulation parallèlement aux défaites essuyées par les terroristes, perdant de plus en plus de terrain, a raconté à Sputnik Khalid Abdallah, habitant de la ville syrienne de Deir ez-Zor.

«À l'heure qu'il est, seule la livre syrienne est utilisée, encore que son cours par rapport au dollar a augmenté quelque peu», a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que Daech avait obligé les habitants de Raqqa, de Deir ez-Zor et de leurs banlieues à utiliser exclusivement ses pièces en or, en argent et en cuivre.

un ordre de Daech
© Sputnik
un ordre de Daech

Sous Daech, il était formellement interdit de convertir ces pièces dans n'importe quelle autre monnaie. Les terroristes ont émis un ordre interdisant l'usage de la devise syrienne et d'autres monnaies officielles à Raqqa et à Deir ez-Zor», a rappelé l'homme.

​Les observateurs constatent que la commission monétaire de Daech a récemment émis une résolution prévoyant l'usage obligatoire de sa monnaie dans toutes les transactions. Par ailleurs, les terroristes ont fixé le cours de leur monnaie par rapport au dollar américain.

Selon certains experts, par toutes ces ordonnances, Daech veut se débarrasser de sa monnaie, en l'échangeant contre des devises officiellement reconnues. Les terroristes souhaitent amasser le plus d'argent et partir avant de perdre le contrôle des territoires occupés. On estime par ailleurs que les djihadistes ont exagéré le cours de leur monnaie, en pillant la population.

L'unité centrale du système monétaire créée par Daech est un dinar d'or, apparu au milieu de l'année 2015, avec un cours unilatéralement porté à plus ou moins 140 dollars américains. Avec ce dinar ont été créées des pièces divisionnaires en argent, des dirhams, et, pour l'appoint, des pièces de cuivre, des fulûs (pluriel de fals ou fils).

Toujours est-il que personne, en dehors des territoires contrôlés par Daech, n'acceptait la monnaie mise en circulation sous forme de pièces par le soi-disant califat.

À l'automne 2015, les services secrets turcs ont découvert à Gaziantep, ville industrielle de plus d'un million d'habitants proche de la frontière syrienne, un atelier monétaire clandestin, lieu de frappe des pièces de monnaie de Daech.

Dossier:
Situation en Syrie (automne 2017) (110)

Lire aussi:

Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
Près de 40.000 nouvelles contaminations en 24 heures en France
Biden va retirer toutes les troupes américaines d'Afghanistan
Tags:
devises, argent, monnaie, dollar US, or, terrorisme, Sputnik, Etat islamique, Khalid Abdallah, Gaziantep, Deir ez-Zor, Raqqa, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook