International
URL courte
8923154
S'abonner

Un conflit armé entre la Corée du Nord et les États-Unis est maintenant une possibilité bien «réelle». De nombreuses personnes y trouveraient la mort ou seraient blessées, a déclaré RUSI, un think tank influent spécialisé dans la défense et la sécurité au Royaume-Uni.

Une guerre dévastatrice déclenchée par une des deux puissances nucléaires, que sont les États-Unis et la Corée du Nord, pourrait commencer d'une minute à l'autre, prévient le Royal United Services Institute (RUSI) dans un rapport auquel The Independent se réfère.

«La guerre est maintenant une possibilité réelle. Tenant compte du progrès rapide de la Corée du Nord en matière de programmes de missiles et nucléaire, le temps n'est pas du côté de la diplomatie», indique le rapport.

Selon des experts, la Corée du Nord effectuerait une invasion à grande échelle, et la guerre ne serait «ni chirurgicale, ni courte».

En prévision de l'attaque par l'un des deux pays, le Royaume-Uni n'aurait à sa disposition que quelques heures «tout au plus» pour décider de quelle manière réagir.
Comme le signale Malcolm Chalmers, l'auteur du rapport, Donald Trump est le plus susceptible de déclencher la guerre.

Pyongyang a récemment déclaré avoir achevé les préparatifs d'une frappe contre l'île de Guam, située dans l'océan Pacifique, qui abrite la base aérienne américaine d'Andersen et la base navale Apra Harbor.

Les autorités américaines ont, quant à elles, répondu par une démonstration de force. Des bombardiers US ont survolé une partie de la côte orientale de la Corée du Nord pour montrer que Washington dispose «de nombreuses options militaires», a annoncé samedi le Pentagone.

Lire aussi:

Un enfant disparaît toutes les 10 minutes en France, voici la cause principale
Didier Raoult rejette une étude «foireuse» sur l'inefficacité de l'hydroxychloroquine
Rachida Dati se confie sur son mariage «forcé» avec «un Algérien»
Tags:
guerre, Donald Trump, Corée du Nord, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook