International
URL courte
6310
S'abonner

Une «anomalie»: c'est ainsi que le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, voit la situation actuelle dans l'environnement politique des États-Unis.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a qualifié d'anomalie ce qui se passe dans l'espace politique des États-Unis après l'élection présidentielle de 2016.

«Nous comprenons très bien l'anomalie qui s'est formée dans l'espace politique américain suite aux conséquences des élections que le Parti démocrate ne peut toujours pas accepter. Mais nous rejetons les tentatives d'accuser la Russie de tout ce qui se passe de négatif aux États-Unis», a-t-il déclaré au cours d'une rencontre avec des experts américains avec à leur tête Dimitri Simes, président du Center for the National Interest.

«Nous sommes heureux qu'il existe en Amérique, parallèlement à la direction du pays, d'autres personnes qui ne sont pas indifférentes au développement de nos relations. Nous restons ouverts à toute forme de coopération qui se révèlera mutuellement avantageuse et nos partenaires américains le savent», a-t-il fait remarquer.

La délégation d'experts américains a eu également une rencontre avec le président de la commission des Affaires étrangères du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), Konstantin Kossatchev, qui a regretté que les sénateurs américains ne réagissaient pas aux tentatives de leurs homologues russes d'établir un dialogue.

Lire aussi:

Un homme menotté frappé et jeté au sol lors d’une interpellation à Neuilly-sur-Marne – vidéo
Twitter signale un tweet de Trump sur les émeutes de Minneapolis pour «apologie de la violence»
LREM comptabilise sur la loi Avia la voix d’un député décédé il y a des semaines
Il aurait cambriolé au moins 42 logements en utilisant cette technique particulière
Tags:
dialogue russo-américain, expert, campagne présidentielle, Center for the National Interest, Parti démocrate des Etats-Unis, Conseil de la Fédération, Dimitri Simes, Konstantin Kossatchev, Sergueï Lavrov, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook