International
URL courte
Kirkouk, territoire disputé entre Bagdad et Erbil (13)
271544
S'abonner

Les Peshmergas kurdes disposés à Kirkouk sont prêts à défendre la ville si l’armée irakienne tente d’y entrer, a déclaré à Sputnik leur commandant Hussein Yazdanpanah, également appelé le «Staline kurde», pour sa ressemblance frappante avec le dirigeant soviétique.

Alors que le Parlement irakien a pris la décision d'introduire son armée à Kirkouk suite à un référendum proclamant l'indépendance du Kurdistan irakien, le commandant des Peshmergas, Hussein Yazdanpanah, surnommé le «Staline kurde», pour sa ressemblance spectaculaire avec le dirigeant soviétique, affirme dans une interview à Sputnik être prêt à défendre la ville.

«Si l'armée irakienne entre à Kirkouk, nous lui opposerons une résistance […]. En défendant Kirkouk, des centaines de Peshmergas et de civiles ont perdu la vie. Et maintenant, les Peshmergas et les civiles sont prêts à défendre la ville jusqu'au bout. Dans ce monde, il n'existe pas de forces capables d'envahir Kirkouk et de l'enlever aux Kurdes», a-t-il déclaré.

le commandant des Peshmergas, Hussein Yazdanpanah
© Sputnik . Hikmet Durgun
le commandant des Peshmergas, Hussein Yazdanpanah

Hussein Yazdanpanah a également souligné que les autorités irakiennes ont toujours eu une attitude négative envers les Kurdes, restreignant leurs droits.

«Les Kurdes ne veulent pas de guerre, ils souhaitent la paix et des relations fraternelles avec les pays voisins», a-t-il expliqué, ajoutant que si le Kurdistan était attaqué par l'Irak ou la Turquie, les forces des Peshmergas défendraient le peuple kurde.

Toutefois, à son avis, les autorités turques ne sont pas intéressées par une détérioration des relations avec les Kurdes puisqu'Ankara possède des intérêts économiques dans le Kurdistan.

Le référendum sur l'indépendance du Kurdistan irakien, fermement condamné par le gouvernement du pays, s'est tenu le 25 septembre dernier. La population de la région autonome a voté à 92% en faveur de son indépendance. Les autorités irakiennes ont qualifié le référendum d'illégitime, soulignant qu'elles ne mèneront pas de négociations avec le gouvernement régional.

Plus tard, le Parlement irakien a demandé au Premier ministre Haider al-Abadi d'envoyer des troupes dans la région de Kirkouk, disputée entre Bagdad et le Kurdistan, en vue de reprendre contrôle des gisements pétroliers.

Dossier:
Kirkouk, territoire disputé entre Bagdad et Erbil (13)

Lire aussi:

Macron nomme Jean Castex Premier ministre
Didier Raoult répond à l’AP-HP qui l’avait accusé de «faux témoignage»
Édouard Philippe démissionne du gouvernement
Le gendarme noir traité de «vendu» à une manifestation antiraciste brise le silence
Tags:
indépendance, référendum, guerre, peshmergas, armée, Irak, Kurdistan irakien
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook