International
URL courte
8580
S'abonner

Une cellule secrète de Daech dirigée par des émissaires étrangers a été mise au jour dans la région de Moscou. Tous ses membres ont été arrêtés, rapporte le Service fédéral de sécurité (FSB).

Le Service fédéral de sécurité (FSB) russe a mis un terme aux activités illégales d'une cellule secrète appartenant à l'organisation terroriste Daech et agissant sur le territoire de la région de Moscou, a communiqué le service de communication du FSB.

«Dans le cadre d'activités opérationnelles de recherche sur le territoire de la région de Moscou, le FSB a mis un terme à l'activité illégale d'une cellule secrète de l'organisation terroriste internationale Daech», indique le communiqué du FSB.

Selon les informations obtenues par le FSB, cette cellule était dirigée par des émissaires étrangers. Parmi ses membres on retrouvait des ressortissants de la région du Nord du Caucase, adeptes de l'unification de tous les musulmans afin de créer un «khalifat islamique international». Comme l'indique le FSB, dans leurs activités, les membres de la cellule ont agi avec beaucoup de circonspection.

«Comme il a été établi, les membres de la cellule envisageaient de déclencher des explosions dans des endroits de rassemblement de masse ainsi que sur des infrastructures de transports», souligne-t-on dans le communiqué.

Lors des opérations, tous les membres de la cellule ont été arrêtés. Le FSB a saisi deux engins explosifs puissants, prêts à être utilisés, deux pistolets, deux grenades ainsi que d'autres articles indispensables pour la fabrication d'explosifs.

Afin d'assurer la tenue de l'enquête, aucun détail supplémentaire n'a été communiqué.

Lire aussi:

Navalny hospitalisé dans une unité de soins va subir une vitaminothérapie
La France a répandu l'analphabétisme en Algérie, selon un conseiller du Président Tebboune
Les excédents de pétrole stockés pendant la pandémie sont presque épuisés
Tags:
cellule terroriste, terrorisme, Daech, FSB, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook