Ecoutez Radio Sputnik
    Reférendum en Catalogne

    Un vote enlisé dans les violences: «le visage de la démocratie espagnole d’aujourd’hui»

    © REUTERS / Albert Gea
    International
    URL courte
    La Catalogne après le référendum d’autodétermination (61)
    1026

    Quelque 800 blessés, gaz lacrymogène, clashs acharnés: le dernier référendum catalan, interdit par le gouvernement espagnol, semble déjà gravé dans les mémoires, indépendamment des résultats. Découvrez un bref aperçu des incidents les plus marquants survenus au cours du scrutin.

    Les Catalans ont dû surmonter de nombreux obstacles pour garantir tout simplement la tenue du référendum de dimanche et pour pouvoir aller y voter. À peine le scrutin avait-il débuté que des heurts violents ont éclaté, faisant, au fil de la journée, 844 blessés au total. La police espagnole a eu recours à des bombes assourdissantes et à des balles en caoutchouc afin de disperser ceux qui souhaitaient changer le destin de la région autonome espagnole.

    Le journal El Pais a diffusé une vidéo d'un clash entre des agents de la Garde civile et le corps de police catalan Mossos d'Esquadra.

    Le site de révélations WikiLeaks a dénoncé dans ces termes le comportement de la police nationale espagnole:

    «Le visage de la démocratie espagnole d'aujourd'hui: les agents du gouvernement masqués saisissent les urnes et abusent des électeurs lors du référendum catalan», lit-on dans le message de l'organisation.

    Non seulement le référendum a opposé la Garde nationale et les partisans de l'indépendance, mais les agents des Mossos d'Esquadra et les pompiers catalans se sont retrouvés aussi impliqués dans les affrontements. La scène suivante a été filmée près d'un bureau de vote à l'école de Taialà, à Gérone:

    Après que Madrid a accusé la police catalane d'inaction, Mossos d'Esquadra a répondu sur Twitter que leurs actions visaient à assurer la primauté du droit et la sécurité des citoyens. «Nos actions n'ont pas affecté la vie normale des citoyens, les principes de pertinence et de proportionnalité ont été pleinement observés.»

    Cette vidéo où l'on voit la police s'en prendre violemment à Marta Torrecilla, une membre de la commission électorale, a provoqué plusieurs réactions sur les réseaux sociaux. Selon la femme, les agents lui ont cassé tous les doigts de la main.

    Comme l'a indiqué le porte-parole du gouvernement catalan, Jordi Turull, 90% des Catalans qui ont participé au référendum tenu dimanche ont donné leur voix pour l'indépendance de la communauté autonome. Le taux de participation est estimé à 42,3%, vu que 2,2 des 5,3 millions d'électeurs se sont prononcés au référendum.

    Le référendum sur l'autodétermination de la Catalogne s'est déroulé malgré l'opposition de Madrid. La Cour constitutionnelle d'Espagne a suspendu tous les documents adoptés par la Généralité et le Parlement de Catalogne relatifs au vote, déclarant illégales toutes les actions des autorités catalanes visant à préparer le référendum. Pendant le scrutin, des heurts ont opposé la police aux personnes venues pour voter et protéger les bureaux de vote encore ouverts. Selon les autorités catalanes, au moins 844 civils ont été blessés. Le ministère espagnol de l'Intérieur a fait état de 33 policiers blessés.

    Dossier:
    La Catalogne après le référendum d’autodétermination (61)

    Lire aussi:

    L’Iran déclare avoir envoyé un «message clair» aux USA en abattant leur drone
    L'Iran a abattu un drone espion américain près du détroit d’Ormuz
    Deux ministres français épinglés pour fake news en moins de 24 heures
    Tags:
    violences policières, brutalité policière, violences, Catalogne, Espagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik