International
URL courte
228
S'abonner

La position de Kiev freine la réalisation du projet de déploiement en Ukraine des forces de maintien de la paix de l’Onu, a déclaré le porte-parole du Kremlin.

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a identifié la cause principale du retard dans la réalisation de l'initiative visant à déployer des forces de maintien de la paix de l'Onu en Ukraine afin de régler le conflit qui déchire le pays depuis quelques années.

«[Le problème est] à Kiev. Je pense que c'est une explication exhaustive», a déclaré M. Peskov, répondant aux questions de journalistes.

Intervenant devant l'Assemblée générale de l'Onu, le président ukrainien Piotr Porochenko avait précédemment souligné que le déploiement de casques bleus de l'Onu à la frontière russo-ukrainienne était une condition sine qua non du mandat de la mission de paix dans le Donbass.
De son côté, le Président russe a déclaré qu'il soutenait l'idée de dépêcher en Ukraine des forces de maintien de la paix, qui pourraient assurer la sécurité de la mission de l'OSCE dans la région. Ces forces devront être uniquement chargées d'assurer la sécurité des observateurs de l'OSCE et déployées sur la ligne de démarcation et nulle part ailleurs, a-t-il indiqué.

Vladimir Poutine a précisé que la décision appropriée ne devait être prise qu'après le désengagement des parties et le retrait du matériel lourd, en établissant un contact direct avec les représentants de la République populaire de Donetsk et de la République populaire de Lougansk.

Lire aussi:

Face à la Chine, les «Indiens se méfient» d’un affrontement général
Giuseppe Conte prévoit d’annoncer sa démission ce mardi
L’Institut Pasteur arrête son principal projet de vaccin contre le Covid-19, pas assez efficace
Résistance au vaccin, nouveaux variants du virus en France: l’épidémie peut-elle dégénérer?
Tags:
conflit, maintien de la paix, crise en Ukraine, ONU, Dmitri Peskov, Petro Porochenko, Vladimir Poutine, Donbass, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook