Ecoutez Radio Sputnik
    James Mattis

    Mattis a reconnu l'absence de preuves solides de l'aide russe aux Talibans

    © AP Photo / Matt Dunham
    International
    URL courte
    12151
    S'abonner

    Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis a reconnu que le Pentagone ne pouvait pas prouver que des armes russes avaient été livrées aux Talibans. Selon lui, ce soutien contredirait les intérêts russes dans la région.

    Intervenant mercredi devant la Commission des forces armées de la Chambre des représentants, le chef du Pentagone, James Mattis a dit ne pas avoir de preuves solides des prétendues fournitures d'armes russes aux Talibans en Afghanistan.

    «Je ne peux pas définir ce soutien, nous essayons de recueillir des renseignements à ce sujet et de comprendre pourquoi la Russie fait cela», a-t-il indiqué.

    Il a également noté que ce soutien n'est pas dans l'intérêt de la Russie et de l'Iran.

    «Soutenir les Talibans n'est pas dans l'intérêt de la Russie, pas dans l'intérêt de l'Iran et certainement pas dans l'intérêt du peuple afghan. Il est à peine possible d'expliquer pourquoi ils devraient faire quelque chose qui n'est pas dans leur intérêt. […] De nombreux diplomates iraniens ont été tués par les Talibans, la Russie a également eu beaucoup de problèmes avec le terrorisme en Asie du Sud et en Asie centrale», a ajouté Mattis.

    Plusieurs généraux américains ont déjà prononcé des allégations s'agissant de prétendues livraisons d'armes russes aux Talibans, le dernier étant le chef du Pentagone James Mattis. Lors d'une conférence de presse à Kaboul le 27 septembre, M.Mattis avait laissé entendre que la Russie aidait les Talibans.

    Précédemment, Zamir Kaboulov, représentant spécial du Président russe pour l'Afghanistan, avait affirmé dans un entretien à Sputnik que Moscou n'accordait aux Talibans aucune aide: ni militaire, ni financière, et avait jugé ces déclarations irresponsables.

    Tags:
    Taliban, James Mattis, Afghanistan, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik