International
URL courte
Nucléaire iranien (2017) (60)
13145
S'abonner

La décision de Washington de révoquer l’accord international sur le nucléaire iranien, si elle est prise, est loin d’être de constructive, car elle pourrait être lourde de conséquences de la part de Téhéran, selon un parlementaire russe.

Une éventuelle révocation de l'accord international sur le nucléaire iranien par les États-Unis pourrait provoquer l'indignation de Téhéran, estime Léonid Sloutski, le chef du Comité de la Douma (chambre basse du Parlement russe) pour les Affaires étrangères.

«Le Washington d'aujourd'hui a, apparemment, besoin de stigmatiser l'Iran, sur ce dossier aussi, ce qui pourrait provoquer l'indignation de Téhéran», a déclaré Léonid Sloutski.

Selon l'homme politique, il est difficile de qualifier cette décision, si elle est prise, de constructive.

Le député a également précisé que cette intention ressemblait plutôt à une provocation.

Ce jeudi, un membre de l'administration Trump a rapporté que le Président américain devrait annoncer sous peu son intention de ne pas confirmer que l'Iran respecte l'accord international sur son programme nucléaire, ce qui ouvrirait la voie à sa dénonciation.

Le Président devrait en outre annoncer un durcissement général de la position américaine à l'égard de Téhéran, a-t-il poursuivi.

Selon un autre membre de l'exécutif, Donald Trump envisage de s'exprimer sur le sujet le 12 octobre, mais aucune date n'a été définitivement fixée.

Depuis son investiture, le Président ne cesse de critiquer ce qu'il considère comme l'un des «pires accords jamais conclus».

Au lendemain d'un discours très virulent à l'encontre de l'Iran, qu'il a qualifié d'État-voyou à la tribune de l'Onu, il a annoncé le 21 septembre avoir pris sa décision sur le sujet, sans en dévoiler le contenu.

Dossier:
Nucléaire iranien (2017) (60)

Lire aussi:

Un homme désigné comme l'un des agresseurs du chauffeur de bus à Bayonne porte plainte
Le 14-Juillet version Covid sur la place de la Concorde comme si vous y étiez
Un astéroïde frôlera la Terre en septembre, passant cinq fois plus près que la Lune, avertit la NASA
Le site militaire FAR-Maroc publie des photos satellites montrant des «bases algériennes» à la frontière - vidéo
Tags:
programme nucléaire iranien, Donald Trump, Léonid Sloutski, Russie, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook