International
URL courte
6723
S'abonner

Ces dernières semaines à Kiev sont marquées par les rixes qui s’enchaînent au sein de la Rada, ainsi que dans la rue. Depuis hier, des nationalistes ukrainiens et des policiers s’affrontent juste devant le bâtiment du parlement, alors qu’à l’intérieur il faisait aussi «chaud», entre le jet d’un pétard fumigène et les rixes entre les députés.

Des radicaux ukrainiens se rassemblent depuis hier à Kiev, à proximité du bâtiment de la Rada suprême. Quelques centaines de partisans des organisations nationalistes y prennent part. Les manifestants ont protesté contre un projet de loi portant sur la réintégration du Donbass déposé récemment par Piotr Porochenko et adopté en première lecture plus tôt dans la journée. Les participants à la manifestation ont jeté des pétards fumigènes et porté des drapeaux nationalistes.

Suite aux affrontements qui ont éclaté entre les partisans des partis nationalistes et la police de Kiev, plusieurs activistes du parti Corps national ont été interpellés, dont un des leaders du parti, Sergueï Filimonenko, selon les informations diffusées par les médias locaux.

Plus tôt dans la journée, un projet de loi du Président ukrainien Piotr Porochenko sur la réintégration du Donbass avait été adopté en première lecture. Le document a été adopté avec, néanmoins, certains amendements qui excluent le point sur l'importance prioritaire à accorder à la réalisation des accords de Minsk pour le règlement du conflit.

Suite à la rixe d'hier qui a éclatée au sein du parlement ukrainien en raison des désaccords autour de ce projet de loi portant sur la réintégration du Donbass, une nouvelle bagarre «a enflammé» la Rada, au cours de laquelle un député a jeté un pétard fumigène.

Le 4 octobre, le Président ukrainien Piotr Porochenko a déposé un projet de loi controversé à la Rada suprême portant sur la réintégration du Donbass, selon le texte duquel ce territoire était «temporairement occupé par la Fédération de Russie», tandis que la Russie était officiellement reconnue comme étant l'«agresseur». Cette initiative du Président a suscité des débats et a même provoqué des rassemblements. Les nationalistes ukrainiens se sont notamment déclarés être prêts à prendre la Rada d'assaut.

Lire aussi:

En Italie, le nombre de décès dus au coronavirus dépasse les 12.000
Macron et Poutine face au Covid-19: une pandémie, deux stratégies à la loupe
«Secret Défense»: la base aérienne 110, un cluster du coronavirus que la France tente de couvrir?
Tags:
nationalistes, Rada suprême, Petro Porochenko, Kiev, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook