International
URL courte
9200
S'abonner

La première visite du roi saoudien à Moscou démontre la croissance de l’influence russe au Proche-Orient, qui est liée à plusieurs causes, dont la nouvelle politique de Donald Trump, estiment les auteurs de l’article publié par le quotidien britannique Times.

Commentant la visite du roi saoudien Salmane ben Abdelaziz Al Saoud à Moscou, les auteurs de l'article qui est paru dans le quotidien britannique Times, Tom Parfitt et Richard Spencer, ont supposé que cette visite historique était la preuve de la croissance de l'influence russe au Proche-Orient.

D'après les auteurs, les causes de cette croissance sont multiples. Parmi celles-ci, l'on retrouve l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche. Ainsi, ils soulignent le fait que le Président américain doit suivre ses promesses électorales et mettre l'accent sur les intérêts nationaux, ce qui fait qu'une partie des pays du Proche-Orient ont fait sans l'influence des États-Unis pour résoudre certaines affaires politiques. De ce fait, les dirigeants des pays du Proche-Orient, dont l'Arabie saoudite, se sont sentis inquiets, ne comprenant plus à quoi ils pourraient désormais s'attendre après un retrait des États-Unis.

Les auteurs soulignent que ces pays auraient par le passé eu l'habitude de compter sur Washington en tant qu'acteur puissant sur la scène politique mondiale. Alors, d'après eux, pour combler le vide, Riyad a commencé à chercher un autre leadeur ailleurs, incarné par la Russie

Le roi saoudien Salmane ben Abdelaziz Al Saoud est arrivé mercredi à Moscou pour la première fois de l'histoire des relations bilatérales entre les deux pays afin de s'entretenir avec le Président russe Vladimir Poutine.

D'après le Président russe, la visite en Russie du roi est un événement emblématique destiné à donner une impulsion positive au développement des relations entre les pays.

Lire aussi:

Un épidémiologiste croit savoir les causes de la mortalité plutôt faible du Covid-19 en Allemagne
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Christine Lagarde précise comment la crise va «changer profondément» les économies
«Homme blanc de droite», «gros cumulard»: une élue LFI n’apprécie pas la nomination de Castex et le fait savoir
Tags:
Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, visite, diplomatie, politique, présidence américaine, Donald Trump, Vladimir Poutine, Proche-Orient, États-Unis, Russie, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook