Ecoutez Radio Sputnik
    Militaire américain

    L'Iran menace d'assimiler l'armée US à Daech

    © AFP 2018 Petras Malukas
    International
    URL courte
    411521

    Téhéran a mis les autorités américaines en garde contre l'éventuelle désignation du Corps des Gardiens de la révolution islamique en tant qu'organisation terroriste.

    En réaction aux récentes déclarations de Donald Trump qui a accusé l'Iran de soutenir le terrorisme, Téhéran a promis d'assimiler l'armée américaine à Daech, rapporte l'agence Reuters.

    «S'il est vrai que le gouvernement américain est allé dans sa stupidité jusqu'à considérer les Gardiens de la révolution comme un groupe terroriste, les Gardiens considéreront pour leur part l'armée américaine en tant qu'étant similaire à Daech à travers le monde et en particulier au Proche-Orient», a déclaré le commandant du Corps Mohammad Ali Jafari.

    Toujours selon lui, si Washington impose de nouvelles sanctions à l'encontre de Téhéran, cela torpillera les chances d'un dialogue entre les deux pays.

    «Comme nous l'avons annoncé par le passé, si les États-Unis adoptent de nouvelles sanctions, ils devront redéployer leurs bases régionales au-delà de la portée des missiles iraniens», a rappelé M.Ali Jafari.

    Récemment, les médias américains ont affirmé que Donald Trump pourrait refuser de certifier au Congrès que Téhéran applique bien l'accord sur son programme nucléaire, signé le 14 juillet 2015 à Vienne par l'Iran et les grandes puissances.

    D'après le Washington Post, une telle décision marquerait la première étape d'un processus qui pourrait aboutir à la reprise des sanctions US contre l'Iran.

    Lire aussi:

    Les Gardiens de la révolution avertissent Trump des conséquences de nouvelles sanctions
    Accord nucléaire iranien: Pékin monte au créneau face à Trump
    Téhéran recommande aux USA d’éloigner leurs bases militaires à 1.000km de l’Iran
    Tags:
    terrorisme, sanctions, programme nucléaire iranien, Daech, Corps des Gardiens de la révolution islamique, Mohammad Ali Jafari, Donald Trump, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik