Ecoutez Radio Sputnik
    Alexander Rahr

    Les sanctions antirusses US menacent l’indépendance de l’Europe

    © Sputnik . Alexei Druzhine
    International
    URL courte
    19292

    Les sanctions antirusses des États-Unis sont une épée de Damoclès suspendue au-dessus des rapports économiques entre l’Europe et la Russie, estime le politologue et membre du Forum germano-russe Alexander Rahr, ajoutant que l’Europe est devenue un otage de la guerre économique que les États-Unis mènent contre la Russie.

    Dans un article publié par le huffingtonpost.de, le journaliste et politologue Alexander Rahr constate que l'Europe, et en premier lieu l'Allemagne, est devenue un otage de la politique américaine et risque de perdre complètement son indépendance.

    «Dieu merci que l'hystérie américaine à propos de l'ingérence russe dans les élections occidentales n'ait pas concerné les élections au Bundestag», écrit-il.

    La majorité des Allemands se prononce pour une normalisation des rapports avec la Russie, rejetant l'image d'un ennemi qui lui a été imposée par certains hommes politiques lors de la campagne électorale.

    M. Rahr signale qu'à l'exception des Verts, tous les partis élus au Bundestag se prononcent pour l'amélioration des rapports avec Moscou. Cela concerne surtout les dirigeants du Parti libéral-démocrate (FDP) et les politiques bavarois de l'Union chrétienne démocrate (CDU). Des tendances positives s'annoncent dans l'économie. De grosses entreprises allemandes ont opté pour la réalisation de projets d'investissement en Russie. Le Comité oriental de l'économie allemande a repris une étroite coopération avec Moscou.

    Alexander Rahr signale que la situation évolue sur fond de reprise économique en Russie. Le budget national a été consolidé, l'inflation est faible, les réserves de change ont atteint le niveau d'avant la crise. Le Kremlin envoie des signaux positifs. Et les sociétés allemandes seront aux premiers rangs quand les autorités russes engageront leurs projets de privatisation. L'impatience se manifeste non seulement par le monde des affaires allemand, mais aussi autrichien et turc.

    L'auteur souligne cependant que d'«importantes barrières» restent à surmonter. Le sujet des sanctions n'est pas clos, bien au contraire. Le Congrès américain a frappé, contre le gré du Président, le secteur russe des matières premières de nouvelles mesures punitives causant du tort aux entreprises occidentales coopérant avec Moscou. Des représentants de l'économie allemande craignent que le «levier des sanctions US» ne force la plupart des sociétés européennes à abandonner l'alliance énergétique avec la Russie qui existe depuis plusieurs dizaines d'années.

    Les autorités allemandes s'opposent au durcissement des sanctions antirusses affirmant qu'il est contraire aux intérêts européens dans le domaine de l'approvisionnement en énergie, mais en attendant, Berlin est seul à mener cette bataille. Les autres pays de l'UE, en premier lieu la France, gardent le silence, tandis que certains pays d'Europe centrale soutiennent les mesures des États-Unis contre la Russie. Alexander Rahr reconnaît qu'on aura du mal à se débarrasser des sanctions américaines qui resteront suspendues, telles une épée de Damoclès, au-dessus des relations économiques entre la Russie et l'Europe. Les sanctions américaines resteront en vigueur même quand l'UE lèvera les siennes.

    «L'Europe, en premier lieu l'Allemagne, est devenue un otage de la nouvelle guerre économique menée par les États-Unis contre la Russie. Malheureusement, au cours de ces deux dernières années, l'Allemagne et la France ne sont pas parvenues à remporter des succès dans le processus de Minsk. Au lieu d'assumer le rôle de médiateurs véritables, Berlin et Paris ont fait valoir exceptionnellement les intérêts pro-ukrainiens. On le comprend du point de vue moral, mais du point de vue de la politique réelle, c'est une erreur», écrit M. Rahr.

    L'Allemagne et la France sont désormais fortement menacées d'être supplantées par les États-Unis dans le règlement de la crise ukrainienne. Emmanuel Macron n'a plus de temps pour la politique étrangère. Il est concentré sur les problèmes intérieurs. Le même problème se pose à Angela Merkel. Loin de remporter une victoire grandiose qui l'aurait dotée de pouvoirs illimités, la plaçant à la tête de l'Europe et, peut-être, du reste de l'Occident, elle est obligée de lutter pour son existence politique et risque même de perdre son poste si les divergences politiques entre les partis empêchent de créer la soi-disant coalition Jamaïque.

    Selon Alexander Rahr, Angela Merkel ne doit pas confier aux États-Unis le règlement de la crise ukrainienne. Dans ce cas de figure, l'UE perdra définitivement son indépendance en matière de politique extérieure et de sécurité.

    Lire aussi:

    Angela Merkel en Russie: une visite controversée
    « De facto, le G7 est mort » selon le politologue allemand Alexander Rahr
    Sanctions antirusses: l'Allemagne aurait perdu plus de 60.000 emplois
    Tags:
    sanctions antirusses, indépendance, otage, Parti libéral-démocrate d'Allemagne (FDP), Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Allemagne, Emmanuel Macron, Angela Merkel, Europe, France, Allemagne, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik