International
URL courte
212318
S'abonner

La Russie et l'Arabie saoudite ont convenu de la livraison de systèmes de missiles russes S-400, ainsi que d’autres armements dont des Kalachnikov, selon le Service fédéral russe pour la coopération militaro-technique.

Moscou et Riyad se sont entendus sur la livraison de systèmes de missiles russes S-400, a annoncé Maria Vorobiova, porte-parole du Service fédéral russe pour la coopération militaro-technique (FSVTS).

La Russie fournira par ailleurs à l'Arabie saoudite des missiles polyvalents Kornet-EM ainsi que des lance-roquettes multiples TOS-1A Bouratino, des lance-grenades AGS-30 et des fusils d'assaut Kalachnikov AK-103.

En outre, l'agence russe chargée des exportations du complexe militaro-industriel russe Rosoboronexport et l’entreprise publique d'armement saoudienne (SAMI) ont signé un contrat de production sous licence d'AK-103 et de ses cartouches dans le royaume.

Auparavant, un représentant du Pentagone avait déclaré que les États-Unis s'inquiétaient de l'intérêt de leur allié saoudien pour l'acquisition de systèmes de missiles S-400 russes. Il importait selon lui de maintenir la compatibilité opérationnelle entre les systèmes de défense américains et régionaux dans l'achat de grands systèmes de défense.

Le Kremlin a à son tour souligné que la coopération entre la Russie et l'Arabie saoudite dans le domaine de la défense n'était pas dirigée contre des pays tiers mais qu'elle visait à assurer la «stabilité dans le monde et dans la région».

Lire aussi:

Les systèmes sol-air russes S-400 en action en Sibérie
Livraison du S-400 à la Turquie: les délais enfin communiqués
Moscou réagit à la critique de l’Occident sur la livraison de S-400 à Ankara
Augmentation de plus en plus forte du nombre journalier de cas de Covid-19 en France
Tags:
missiles, livraisons d'armes, TOS-1 Bouratino, S-400, Rosoboronexport, Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique (FSVTS), Riyad, Arabie Saoudite, Moscou, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook