International
URL courte
5290
S'abonner

Pour régler le conflit dans le Donbass, il faut avoir «la volonté politique» de résoudre le problème par des moyens politiques et pacifiques, a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin à l’issue d'une rencontre entre l’assistant du Président russe Vladislav Sourkov et le représentant spécial des États-Unis pour l’Ukraine, Kurt Volker.

Dmitri Peskov a évoqué la possibilité d'un règlement du conflit dans le Donbass à l'issue de la rencontre entre l'assistant du Président russe Vladislav Sourkov et le représentant spécial des États-Unis pour l'Ukraine, Kurt Volker.

«En ce qui concerne la rencontre entre M. Sourkov et M. Kurt Volker, un échange d'avis a eu lieu. Pour changer la situation sur le terrain, il faut la volonté politique qui ne vise pas l'escalade des confrontations mais qui cherche une résolution du problème par des moyens politiques et diplomatiques», a déclaré le porte-parole

D'après M. Peskov, seules les parties en conflit seraient en mesure de régler la crise dans le Donbass.

«Les changements sur le terrain ne peuvent être assurées que par les participants de ce conflit, donc Kiev et le Donbass»

En avril 2014, les autorités ukrainiennes ont entamé une opération militaire contre les républiques autoproclamées de Lougansk et de Donetsk, qui avaient proclamé leur indépendance après le coup d'État de février 2014 en Ukraine. Selon les données actualisées de l'Onu, plus de 10.000 personnes ont trouvé la mort dans ce conflit.

Lire aussi:

Covid-19: bientôt la fin des aides? «Une pulvérisation de l’économie française»
«C'est de la…»: le chef sortant du Pentagone se lâche en parlant du chasseur F-35
Michel Onfray attaque Macron: «On ne peut pas gouverner la France quand on méprise les Français» - vidéo
La Commission européenne réagit à l’achat du Spoutnik V par la Hongrie
Tags:
conflit, résolution, crise, diplomatie, politique, Kurt Volker, Vladislav Sourkov, Dmitri Peskov, Donbass, Ukraine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook