Ecoutez Radio Sputnik
    Pyongyang

    Accord iranien: la sortie des États-Unis se répercuterait sur le dossier nord-coréen

    © Sputnik . Iliya Pitalev
    International
    URL courte
    5150
    S'abonner

    Pour le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel, Pyongyang n'acceptera aucun accord sur son programme nucléaire, si les États-Unis décident de sortir du plan d'action global conjoint signé avec l'Iran.

    L'éventuel retrait de Washington de l'accord sur le nucléaire iranien dissuadera la Corée du Nord de tout accord international sur son programme nucléaire, estime le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel.

    «Il est peu probable que la dictature nord-coréenne accepte un accord international qui l'engagera à renoncer à l'arme nucléaire, si le seul texte qui a permis une telle renonciation est remis en question», a déclaré le chef de la diplomatie allemande cité par Reuters.

    «Notre plus grande inquiétude, c'est que la situation sécuritaire se détériore, si les États-Unis finissent par rejeter l'accord sur le nucléaire», a indiqué M.Gabriel.

    Selon les médias occidentaux, le Président américain Donald Trump, qui juge que l'Iran ne respecte pas «l'esprit» de l'accord global sur son programme nucléaire signé en 2015, devrait annoncer la semaine prochaine qu'il ne le «certifie» pas.

    Si le chef de la Maison-Blanche refuse de « certifier » que l'Iran applique bien cet accord, les membres du Congrès auront 60 jours pour décider de imposer ou non de nouvelles sanctions à la République islamique.

     

    Lire aussi:

    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    La France va expérimenter dès 2020 une «monnaie centrale digitale»
    Tags:
    nucléaire coréen, programme nucléaire iranien, sécurité, sanctions, Congrès des États-Unis, Donald Trump, Sigmar Gabriel, Corée du Nord, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik