International
URL courte
26219
S'abonner

Le ministre polonais de la Culture a adressé une lettre furieuse au président du Parlement européen, accusant le musée européen de Bruxelles de présenter les Polonais comme «coresponsables de l'Holocauste».

Le ministre polonais de la Culture, Piotr Glinski, a dénoncé des «mensonges flagrants» et des «erreurs fondamentales» qui auraient été commises par la Maison de l'Histoire européenne dans une exposition récemment ouverte à Bruxelles.

Dans une lettre au président du Parlement européen Antonio Tajani, publiée vendredi, M. Glinski accuse le musée, inauguré en mai dernier sous l'égide du Parlement européen, de suggérer dans son exposition que la Pologne, la France et l'Ukraine sont «coresponsables de l'Holocauste» et que «les plus grandes victimes de la Seconde Guerre mondiale étaient les Allemands».

Le ministre reproche également au musée de «présenter le communisme dans un contexte positif, sans mentionner les millions de victimes de ce système criminel». Mais aussi de gommer dans l'exposition le rôle du «Polonais le plus important de l'Histoire, le pape Jean-Paul II (Karol Wojtyla)», dont le rôle dans l'unification de l'Europe est important selon lui.

On ignore si M. Glinski a lui-même visité l'exposition. Il se contente de déclarer avoir reçu de nombreuses demandes d'intervention de personnes qui l'ont vue.

Professeur de sociologie, le ministre a par ailleurs écarté de son poste le directeur du Musée de la Seconde guerre mondiale de Gdansk, lui reprochant une présentation insuffisante du combat des Polonais contre les nazis, précise l'AFP. Cependant, la Pologne elle-même a été accusée de réécrire l'Histoire lorsqu'il s'agit de ce conflit. Moscou lui a notamment reproché de faire un parallèle entre les rôles de l'Union soviétique et de l'Allemagne nazie dans cette guerre.

Lire aussi:

Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Les autorités ont «menti» sur l’inutilité des masques pour «une bonne cause», estime une journaliste
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Covid-19: «Président africain cherche clinique européenne?» Revenez une autre fois!
Tags:
musée, histoire, Antonio Tajani, Piotr Glinski, Pologne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook