International
URL courte
1240
S'abonner

Le récent appel d’Ankara à créer une alliance pour combattre le terrorisme au niveau mondial est resté sans réponse et c’est de la faute des États-Unis, d’après Mazhar Bagli, analyste politique turc interviewé par Sputnik.

Les États-Unis, qui souhaitent préserver leur influence au Proche-Orient, sont les premiers à s’opposer à la mise en place d’une alliance internationale de lutte contre le terrorisme, a déclaré lundi à Sputnik Mazhar Bagli, analyste politique et recteur à l’'université Hadji Bektaş Veli de Nevşehir, en Turquie centrale.

«Malheureusement, l’appel adressé par la Turquie aux acteurs internationaux principaux n’a pas entraîné la création d’une alliance diplomatique [antiterroriste, ndlr]. Les États-Unis sont la force principale qui empêche de créer une telle alliance», a indiqué M.Bagli.

Selon lui, Washington affirme qu’il considère la Turquie comme un allié, mais apporte une assistance au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) «pour préserver sa position dans la région». 

Cette politique américaine explique la déclaration faite dimanche par le Président turc Recep Tayyip Erdogan qui a fustigé les pays occidentaux qui, selon lui, apportent un soutien aux terroristes.

D’après M.Bagli, lorsqu’il s’agit d’une assistance apportée aux terroristes, on pense d’abord à la création de l’infrastructure permettant aux organisations terroristes de promouvoir leurs idées et de recruter de nouveaux membres.

«Mais le soutien du terrorisme peut aussi prendre d’autres formes et aller jusqu’à l’octroi d’aide militaire par certains acteurs internationaux. Ces derniers temps, on en parle ouvertement», a rappelé l’analyste politique turc.

Le pays qui aide un groupe utilisant des méthodes violentes ou terroristes peut élargir son assistance à d’autres groupes terroristes à l’avenir. Pour Ankara, la violence et le terrorisme ne doivent pas corrompre la politique internationale.

«Il est inadmissible de faire des différences entre les organisations terroristes. Les acteurs internationaux qui soutiennent les terroristes du PKK le justifiant par la lutte contre Daech ne font que renforcer le monstre du terrorisme», a conclu M.Bagli.

Lire aussi:

Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Plus besoin d’autorisation parentale pour vacciner les ados de 16 ans: «Le gouvernement ouvre une boîte de Pandore»
Vladimir Poutine «a un vrai problème»? Le Kremlin répond à Joe Biden
Avant de vacciner une ministre, Olivier Véran fait une gaffe et se lance dans l’autodérision – vidéo
Tags:
lutte antiterroriste, Mazhar Bagli, États-Unis, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook