International
URL courte
208
S'abonner

Alors que le facteur humain ou une défaillance du système d'alerte avancée pourrait provoquer une guerre nucléaire et de nouveaux dangers relatifs à la prolifération nucléaire ont récemment surgi, les États-Unis n’envisagent pas la reprise de la coopération russo-américaine dans le domaine nucléaire avant 2020.

Selon un document de la Cour des comptes américaine dont RT s'est procuré le texte, la coopération entre la Russie et les États-Unis dans le domaine nucléaire pourrait être reprise dans les années 2020.

Si cette prévision est juste, le programme conjoint russo-américain ne sera achevé qu'en 2035.

«Des représentants de l'Administration nationale de sécurité nucléaire des États-Unis ont déclaré que selon les prévisions les plus réalistes, et supposant que les États-Unis et la Russie puissent reprendre la coopération en matière de sécurité nucléaire dans les années 2020, la conversion ou la fermeture de certains réacteurs dans le cadre d'un sous-programme ne seraient pas achevées avant 2035», indique le document.

Pourtant cette coopération est d'autant plus importante qu'une guerre nucléaire pourrait être déclenchée à tout moment par le facteur humain ou une défaillance du système d'alerte avancée, a déclaré ce lundi William Perry, ex-secrétaire à la Défense américain, en marge du Forum international de Luxembourg sur la prévention d'une catastrophe nucléaire. 

«Dans le monde moderne, le risque d'une catastrophe nucléaire augmente grandement. L'une des raisons pour lesquelles un conflit nucléaire pourrait être déclenché est une erreur humaine ou une éventuelle défaillance du système d'alerte avancée des États-Unis et de la Russie», a-t-il indiqué. 

William Perry a rappelé que trois erreurs de ce type avaient été enregistrées durant les années de la guerre froide et s'est arrêté sur deux d'entre elles: celle de 1979 aux États-Unis et celle de 1982 en URSS.

En octobre 2016, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a signé un décret concernant la suspension de l'accord avec les États-Unis sur la coopération dans les secteurs nucléaires et de l'énergie. Selon le document, une telle décision a été prise en raison des restrictions américaines à la coopération avec la Russie dans le domaine de l'énergie nucléaire.

Selon le décret, les mesures prises par les États-Unis dans le cadre des sanctions antirusses ont directement affecté la coopération envisagée par l'accord signé le 16 septembre 2013 à Vienne.

En avril 2014, l'Agence fédérale russe de l'énergie atomique Rosatom avait reçu une lettre du département américain de l'Énergie, selon laquelle, Washington suspendait la coopération dans le domaine de l'énergie nucléaire à cause des événements en Ukraine.

Lire aussi:

Le Hamas lance un nouveau barrage de roquettes vers Israël
Moscou exige qu’Israël cesse «immédiatement et entièrement» sa politique de colonisation
Un migrant en tue un autre et tente de violer une femme en pleine rue en 24h à Paris
Plus de 120 généraux américains accusent Biden d’avoir volé la victoire à Trump
Tags:
coopération, reprise, nucléaire, William Perry, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook