Ecoutez Radio Sputnik
    George Soros

    «Assaut ultime de Satan», un député hongrois dénonce sévèrement le «plan de Soros»

    © AP Photo / Kevin Wolf
    International
    URL courte
    491642

    Le député de l'Assemblée hongroise et membre du parti au pouvoir Fidesz András Aradszki a comparé le milliardaire américain George Soros à Satan, à cause de ses projets portant sur l'avortement, l'euthanasie, le mariage homosexuel et la théorie du genre.

    András Aradszki, député à l'Assemblée hongroise et membre du groupe Fidesz-Union civique hongroise, parti politique de droite, a déclaré lundi devant le Parlement du pays que Satan se dévoilerait actuellement à travers le milliardaire américain George Soros.

    «La plus grande et ultime attaque de Satan contre l'Église sera une attaque contre les familles», a déclaré l'homme politique hongrois, précisant que certaines idées défendues par M. Soros et par des organisations qui lui sont liées portaient notamment sur la famille.

    «Nous voyons cela même dans l'avortement, l'euthanasie, le mariage homosexuel et la théorie du genre», a précisé le député.

    M. Aradszki a en outre ajouté que le milliardaire américain voulait «diluer l'Europe chrétienne» par le biais des migrants arrivant sur le continent.

    «Combattre Satan est notre devoir chrétien», a appelé l'élu, avant d'ajouter que «le rosaire était l'arme la plus efficace contre le mal» et qu'il «était en mesure de changer le cours de l'histoire».

    Depuis 2015, George Soros appelle l'Europe à ouvrir ses portes et accueillir plus de migrants, notamment «au moins un million de demandeurs d'asile par an dans un avenir proche». Cependant, les autorités hongroises ne partagent pas ce point de vue.

    Lire aussi:

    Riposte imprévue: comment le milliardaire Soros attaque le gouvernement hongrois
    «Soros a déjà gagné chez nous, en Suède, et la Hongrie a vu cette catastrophe»
    Viktor Orban confiant en l'adoption de la loi «anti-Soros»
    Tags:
    migrants, George Soros, Hongrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik